RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Des mulets clonés font progresser la recherche contre le cancer

Pour la première fois, un mulet s'est reproduit ! Par clonage d'un même foetus, une équipe américaine a obtenu trois jeunes mulets en pleine forme. Ce travail spectaculaire n'a rien d'une lubie. Aboutissement de plusieurs années de recherche, il présente un double intérêt : c'est le premier clonage d'un équidé et il a mis en évidence la possible influence du calcium dans les cancers humains. Leurs travaux débutent en 1998, avec des résultats désespérants mais en 2001, l'équipe pense tenir le coupable : le taux de calcium entourant les ovules chez la jument est particulièrement faible comparé aux autres mammifères. en augmentant ce taux de calcium, les chercheurs obtiennent cinq grossesses pour 84 tentatives.

Les tests ultérieurs ont clairement montré l'influence du taux de calcium sur la réussite du clonage. La réussite complète est arrivée en 2003. L'équipe a utilisé les parents du fameux Taz pour en obtenir un foetus sacrifié à 45 jours afin d'en prélever des cellules. Leurs noyaux ont été transférés dans des ovules de jument, autour desquels le taux de calcium a été ajusté. Après 113 essais, 21 grossesses ont été obtenues chez des juments, dont trois ont abouti à des naissances : Idaho Gem, le 4 mai, Utah Pioneer, le 9 juin, et Idaho Star, le 27 juillet. Les résultats viennent seulement d'être publiés dans Science, après moult tests pour vérifier l'intégrité physique des trois frères de Taz. Les animaux se portent bien mais ces clones à l'ADN pourtant strictement identique ne se ressemblent que peu. Les trois clones de mulet ne sont pas, en effet, la copie exacte les uns des autres, même s'ils possèdent le même ADN. L'un d'eux est très mince, plus petit que les deux autres; un autre a la robe plus fine que ses frères. Ces différences importantes démontrent l'importance des facteurs environnementaux, selon Dirk Vanderwall.

Mais le véritable héros de l'affaire, c'est le calcium. On a remarqué que les personnes atteintes d'un cancer métastasé ont des taux de calcium intracellulaire plus élevés que la normale. Or, le cheval a semble-t-il un mécanisme de régulation du calcium intracellulaires différent du nôtre : ses globules rouges en contiennent peu - deux à trois fois moins que les globules humains - alors qu'au contraire le sang en est riche - 1,5 fois plus que chez l'homme. L'effet du taux de calcium, qui accélère le développement de l'embryon de mulet, apparaît particulièrement riche d'enseignements. "Les similarités sont frappantes entre les métastases cancéreuses et la division embryonnaire, souligne Gordon Woods. Nous avons identifié un suppresseur du calcium intracellulaire et pensons que son manque

Or, les chevaux résistent particulièrement bien aux cancers, qui ne sont chez eux mortels que dans 8 % des cas en moyenne, contre 24 % dans l'espèce humaine. Ces recherches sur le clonage pourraient donc faire progresser notre compréhension des cancers humains.

Futura :

[http://www.futura-sciences.com/sinformer/n/news3220.php">dans les métastases] est la cause profonde du niveau anormalement haut de calcium intracellulaire."

Or, les chevaux résistent particulièrement bien aux cancers, qui ne sont chez eux mortels que dans 8 % des cas en moyenne, contre 24 % dans l'espèce humaine. Ces recherches sur le clonage pourraient donc faire progresser notre compréhension des cancers humains.

Futura :

[http://www.futura-sciences.com/sinformer/n/news3220.php

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top