RTFlash

L'IRM prometteur pour la surveillance des rejets de greffe

La surveillance des cellules immunitaires par l'imagerie à résonance magnétique (IRM) pourrait à terme représenter le meilleur moyen de détection des rejets de greffe, selon une étude publiée par les Annales de l'Académie nationale des sciences aux USA. Une équipe de recherche conduite par Chien Ho de l'Université Carnegie Mellon, annonce avoir pu marquer des cellules immunitaires à l'oxyde de fer et les avoir suivies grâce à l'IRM. L'accumulation de ces cellules immunitaires dans un organe transplanté peut être le signal de son rejet.

Chien Ho et ses collègues ont étudié des souris qui avaient subi une transplantation cardiaque. A l'heure actuelle, les patients transplantés reçoivent des médicaments qui affaiblissent leurs défenses immunitaires pour éviter un rejet de la greffe. En outre, des biopsies cardiaques sont souvent pratiquées : on introduit un cathéter jusque dans le coeur pour prélever du tissu cardiaque à la recherche de signes de rejet. Ces interventions sont désagréables et chères. Sans compter que l'échantillon de tissu prélevé n'est pas représentatif de l'ensemble du coeur, et par conséquent source d'erreur. La technique de Chien Ho implique des cellules immunitaires, les macrophages, dont le rôle est d'ingérer les particules étrangères à l'organisme. Son équipe a marqué ces cellules avec une toute petite quantité d'oxyde de fer, avant de les injecter à des souris qui avaient subi une transplantation cardiaque trois jours avant. Grâce à l'IRM, ils ont pu suivre ces cellules et observer le phénomène de rejet, a souligné Chien Ho : le processus de rejet de la transplantation se fait de l'extérieur vers l'intérieur du coeur, selon lui. L'équipe de Chien Ho travaille maintenant en collaboration avec des chercheurs de l'Ecole de médecine de l'Université de Pittsburg, afin d'élargir cet essai à des animaux plus gros que les souris.

PNAS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top