RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

L'éolien arrive en Chine

Des aérogénérateurs qui se dressent sur les plaines balayées par un vent régulier du comté de Zhangbei, dans le nord de la Chine, sont autant d'espoir d'énergie propre pour leurs propriétaires, qui espèrent faire des émules dans tout le pays. "L'éolien a chez nous un grand potentiel. Si nous pouvons le développer, nous réduirons d'autant la pollution due au charbon", dont l'énergie chinoise dépend à plus de 70 %, affirme Yang Xuhua, directeur général adjoint de la ferme éolienne de Zhangbei Guotou, dans la province du Hebei, près de Pékin. "Le diamètre des pales là-bas atteindra 77 mètres, les plus grandes de Chine", indique Yang à l'AFP en montrant une partie des éoliennes non encore achevées.

Manifestement enthousiasmé par le devenir de l'éolien, Yang a travaillé son sujet avec de nombreux voyages en Europe ou aux Etats-Unis pour y étudier les derniers progrès technologiques en matière d'utilisation du vent. "De plus en plus de gens en Chine pensent qu'il faut exploiter cette ressource, bon marché, propre, renouvelable, abondante. Mais le problème c'est que nous n'avons pas l'équipement nécessaire", explique-t-il.

A Zhangbei, les partenaires sont étrangers. Les 30 premières éoliennes dont l'édification a commencé l'an dernier sont des turbines américaines General Electric. Soixante autres doivent être construites par l'espagnol Energia Hidroelectrica de Navarra (EHN) en 2007.

L'installation, à environ 200 kilomètres au nord-ouest de Pékin, aura alors une capacité de 144 mégawatts, dont une partie approvisionnera la capitale qui a promis d'utiliser 20 % d'énergie renouvelable durant les jeux Olympiques de 2008, dit Yang. L'ensemble de la préfecture de Zhangjiakou, où Zhangbei est localisée, ambitionne de se doter d'un millier d'éoliennes d'ici à 2010.

La préfecture dit avoir déjà investi 187 millions dollars dans l'éolien et avoir pour 275 autres millions de dollars de nouveaux projets en cours. Fin 2004, la Chine n'avait qu'une capacité installée de 760 megawatts, réparties sur 43 sites. Pourtant selon des études, l'éolien pourrait apporter à ce pays plus d'un million de megawatts d'énergie, dont les trois quarts émanant de fermes off-shore. La Commission nationale pour la réforme et le développement (CNRD), principal organisme de planification économique, a affiché l'an dernier son intention de voir la capacité actuelle passer à 5.000 megawatts d'ici à 2010 puis 30.000 megawatts en 2020, soit 33 % de plus que ce qui était jusqu'alors prévu.

Un des obstacles au développement de cette ressource est la loi chinoise qui impose aux éoliennes d'être à 70 % fabriquées en Chine. Cela ne décourage pas les investisseurs étrangers comme General Electric, l'espagnol ENH ou le danois Vestas Group, engagés dans des projets en Chine. GE a en outre signé fin mai un protocole d'accord avec la CNRD pour investir 50 millions dollars dans la recherche et le développement dans le secteur des énergies renouvelables, dont l'éolien. A ce jour, le conglomérat industriel américain est engagé dans des projets totalisant 700 megawatts d'énergie éolienne, selon son PDG Jeffrey Immelt.

Mais l'énergie éolienne en Chine reste un peu plus chère que le charbon. Même si l'écart pourrait se réduire avec une vraie statégie "verte", telle que celle dont la préfecture de Zhangjiakou s'énorgueillit. Selon Liu Yuan, chef du département énergie de la commission économique de la préfecture, des règlements stricts imposant aux centrales à charbon de réduire leur pollution ont amené le prix de l'énergie tirée du charbon pratiquement au niveau de l'éolien.

Orange

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top