RTFlash

L'ARN interférent ouvre la voie vers des traitements anti-cancéreux sur mesure

Des membres du Département de biochimie de l'Université McGill ont effectué une percée significative en matière de recherche sur le cancer. Ils ont découvert qu'un petit segment d'une protéine qui interfère avec l'ARN peut contrôler l'expression normale de gènes, notamment les gènes actifs dans les cellules cancéreuses.

Pour demeurer saine, la cellule humaine doit produire les bonnes protéines au bon moment, et ce, en quantité appropriée. Elle y parvient notamment grâce à l'ARN interférence, une forme de dégradation génétique par laquelle de petits morceaux d'ARN, appelés ARNm, bloquent la production de protéines spécifiques en interférant avec leur code génétique. Toutefois, tous les ARNm ne peuvent accomplir cette tâche.

En collaboration avec le professeur Nahum Sonenberg du nouveau Complexe des sciences de la vie de McGill, le professeur Bhushan Nagar et l'étudiant aux cycles supérieurs Filipp Frank ont fait appel à la biologie structurelle pour mettre au jour un petit segment de protéines Argonaute - molécules essentielles à l'ARN interférence - apte à sélectionner les ARNm adéquats.

Ce faisant, l'équipe a découvert que les protéines Argonaute pouvaient éventuellement être exploitées pour amplifier la dégradation. « L'ARN interférence peut servir de démarche thérapeutique viable pour inhiber des gènes spécifiques exagérément actifs dans des cas de maladies comme le cancer », a déclaré le professeur Nagar. « Nous avons maintenant une porte ouverte sur la capacité de modifier rationnellement les ARNm pour les rendre plus efficaces, voire les transformer en médicaments. »

Même si l'on ne peut envisager d'applications thérapeutiques avant plusieurs années, ces nouvelles connaissances offrent une avenue pour réguler la production spécifique de protéines anormales, notamment dans les cellules cancéreuses.

IH

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Les ultrasons s'attaquent aux maladies neurologiques

    Les ultrasons s'attaquent aux maladies neurologiques

    Depuis plusieurs années, les ultrasons sont déjà utilisés en médecine pour diminuer le volume de tumeurs situées dans diverses parties du corps, ou pour détruire la zone du cerveau en cause dans la ...

  • La pollution tue plus d'un Européen sur huit

    La pollution tue plus d'un Européen sur huit

    Dans l’Union européenne, 13 % des morts sont liés à la pollution, selon un rapport publié récemment par l’Agence européenne de l’environnement (AEE). L’étude souligne que les Européens sont en ...

  • Une aorte artificielle qui réduit la pression sanguine

    Une aorte artificielle qui réduit la pression sanguine

    « L’insuffisance cardiaque touche plus de 23 millions de personnes dans le monde. Bien que la transplantation se révèle la norme pour les patients atteints de cette pathologie, il existe une demande ...

Recommander cet article :

back-to-top