RTFlash

Matière

Helion vise la fusion nucléaire en 2030

Une société américaine, Helion, fondée en 2013 à Everett, dans l’État de Washington, ambitionne d'être la première société à commercialiser la fusion nucléaire. Sa conception est basée sur trois orientations principales. Tout d’abord il s’agit d’un système de fusion pulsé. Pour rappel, il existe deux grandes classes de réacteurs de fusion : d’une part ceux, type tokamak comme ITER, où la réaction se produit de manière permanente dans un tore rotatif de plasma, ou type impulsionnel comme le Laser Mégajoule, où les réactions se produisent de manière discontinue, par exemple, au centre de faisceaux laser. Helion a choisi cette seconde approche, l’estimant plus favorable pour un réacteur de production d’énergie.

La conversion de puissance repose sur la conversion directe de l’énergie générée par la réaction de fusion en énergie électrique, sur le même principe que le freinage régénératif dans les véhicules électriques. Cette conversion directe est plus efficace en termes de rendement, et aussi moins complexe à mettre en œuvre, et donc moins coûteuse (en principe), qu’un circuit de conversion basé sur des cycles thermodynamiques comme dans les centrales thermiques.

La fusion d’Helion est basée sur les combustibles Deutérium et Hélium-3. La fusion de ces deux éléments permet de produire des particules chargées électriquement, lesquelles sont émises avec une très grande vitesse par la réaction de fusion. Des particules chargées à grande vitesse sont justement ce dont a besoin un système de conversion directe de leur mouvement (énergie cinétique) en électricité (énergie électrique). Par ailleurs, cette réaction produit nettement moins de neutrons que d’autres réactions, ce qui réduit l’impact sur les structures du réacteur et les besoins de radioprotection.

Helion a déjà construit six prototypes fonctionnels de réacteur à fusion nucléaire et son dernier réacteur, dénommé Trenta, a permis à la société d’être la première entreprise privée de fusion au monde à atteindre des températures de plasma de 100 millions de degrés. Elle construit actuellement Polaris, son septième prototype, dont l’objectif est d’être le premier réacteur à démontrer la production d’électricité à partir de la fusion.

Depuis sa fondation, la société a levé 577 millions de dollars de financement. Parmi eux, citons le partenariat avec Nucor Corporation, un géant de la sidérurgie, partenariat qui inclut un investissement de Nucor dans la société. Il a été annoncé récemment, le 27 septembre 2023, et vise à développer une centrale électrique à fusion de 500 MWe, destinée à alimenter une aciérie avec une électricité produite sans carbone.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Power Technology

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Vers une production de l'hydrogène bon marché

    Vers une production de l'hydrogène bon marché

    Des chercheurs de l’Université d'Umeå, en Suède, viennent de mettre au point une nouvelle technique pour améliorer la production d’hydrogène par électrolyse. La production d’hydrogène par ...

  • L'éolienne marine la plus puissante du monde est chinoise

    L'éolienne marine la plus puissante du monde est chinoise

    La Chine confirme une nouvelle fois son leadership dans le domaine des énergies renouvelables avec l'installation récente de la plus grande éolienne du monde au large de la province de Fujian. Cet ...

  • Produire de l'hydrogène vert à haut rendement

    Produire de l'hydrogène vert à haut rendement

    Des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv ont mis au point une nouvelle méthode de production d’hydrogène "vert" (hydrogène produit sans pollution de l’air) à haut rendement, au moyen d’un ...

Recommander cet article :

back-to-top