RTFlash

Les facteurs de risque cardiovasculaire et d’AVC aggravent le déclin cognitif

Selon une étude américaine dirigée par Jennifer Rabin (Massachusetts General Hospital) les facteurs de risque cardiovasculaire (tabac, alcool, diabète, surpoids, sédentarité…) et d’AVC aggravent le risque de déclin cognitif chez la personne âgée. Le déclin cognitif correspond à une altération de l'ensemble des processus psychiques liés à l'esprit. Il englobe une multitude de fonctions orchestrées par le cerveau : le langage, la mémoire, le raisonnement, la coordination des mouvements (praxies), les reconnaissances (gnosies), la perception et l'apprentissage ainsi que les fonctions exécutives regroupant le raisonnement, la planification, le jugement et l'organisation.

L’équipe de scientifiques a analysé les données de 223 participants âgés de 50 à 90 ans. Tous avaient des capacités cognitives normales. La recherche a été conçue pour déterminer si les facteurs de risque cardiovasculaire et d’AVC étaient en synergie avec le déclin cognitif, ou si ces trois variables évoluaient chacune de leur côté sans s’influencer les unes les autres. Un autre objectif était de déterminer si le risque vasculaire était un bon indicateur du déclin cognitif.

Les résultats de l’essai indiquent que le fait d'avoir des facteurs de risque vasculaire comme le diabète, le tabagisme ou l'hypertension artérielle peut accélérer le déclin cognitif chez les adultes d’un certain âge. Autrement dit, les facteurs de risque vasculaire et de déclin cognitif ne s'additionnent pas, ils se potentialisent, c'est-à-dire qu'ils s'aggravent l'un l’autre.

Par ailleurs, l’effet du risque vasculaire sur le déclin cognitif est amplifié chez les personnes ayant des niveaux plus élevés d'amyloïdes dans le cerveau, qui, rappelons-le, constituent les biomarqueurs de la maladie d'Alzheimer. "Nos résultats justifient le fait de cibler les facteurs de risque vasculaires modifiables, seuls ou en combinaison avec des thérapies amyloïdes, pour retarder le déclin cognitif. Les mesures du risque vasculaire peuvent aussi compléter les biomarqueurs existants et permettre d’identifier les personnes les plus à risque de déclin cognitif", explique Jennifer Rabin, auteure principale de l’article.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top