RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Fabriquer du béton avec le sable du désert…

Des chercheurs et ingénieurs de l’Imperial College de Londres ont dévoilé, lors de la finale d’un concours d’innovation organisé par leur université, un matériau de construction aux propriétés étonnantes.

Il s'agit d' un béton d’un nouveau genre à partir du sable du désert en utilisant un liant naturel dont la formule reste secrète, en lieu et place du ciment qui fait aujourd’hui office de « colle » dans la recette du béton classique. Baptisé Finite, ce nouveau matériau possède une empreinte carbone deux fois moindre que celle de son prédécesseur, et des propriétés mécaniques très prometteuses.

« Notre préoccupation était de développer une façon de construire parfaitement durable, qui se passe des ressources difficiles à se procurer sur cette planète », raconte l’ingénieur Matteo Maccario, à l’origine du projet Finite avec son camarade Hamza Oza, ainsi que deux designers, Carolyn Tam et Saki Maruyama.

« Contrairement à ce que nous pensions initialement, le sable n’est pas si abondant. Le boom de la construction dans les pays émergents a entraîné une pénurie qui a des conséquences environnementales et sociales dramatiques dans des régions du monde comme l’Inde, les Philippines ou le Vietnam », ajoutent  les inventeurs.

Pourtant, sur Terre, la surface des déserts atteint 5 milliards d’hectares, l’équivalent du continent américain, et augmente chaque année de 6 millions d’hectares. Mais leurs grains de sable, façonnés par le vent, sont trop petits, trop ronds et trop lisses pour être agglomérés et former du béton classique. Seul le sable de la mer et du lit des rivières intéressait donc jusqu’à présent les cimentiers.

Or, avec l’explosion démographique et le développement des pays émergents, la demande de béton connaît une croissance exponentielle. Dans certaines régions du monde, les gisements de granulats des sous-sols et des bords de mer arrivent à épuisement. Désormais, les fonds sous-marins y font eux aussi l’objet d’une extraction intense, au prix d’un lourd impact écologique.

Article rédigé par Georges Simmonds

UKCW

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Transformer en matériaux de construction des vêtements usagés…

    Transformer en matériaux de construction des vêtements usagés…

    On estime que le monde produit chaque année plus de cent millions de tonnes de vêtement usagés que l'on essaye de recycler de différentes manières. Des chercheurs ...

  • Transformer le CO2 en graphène...

    Transformer le CO2 en graphène...

    Une équipe du Karlsruhe Institute of Technology (KIT), en Allemagne, est parvenue à convertir du dioxyde de carbone en graphène, un matériau aux propriétés électriques prometteuses mais dont la ...

  • Un plastique indéfiniment recyclable...

    Un plastique indéfiniment recyclable...

    Des chercheurs américains affirment avoir développé une matière plastique facilement recyclable. Dans une étude publiée dans Nature, les scientifiques du laboratoire national Lawrence-Berkeley ...

Recommander cet article :

back-to-top