RTFlash

Matière

Énergie : un pas vers la fusion contrôlée

Peu de technologies d'avenir ont déçu autant que la fusion nucléaire contrôlée, aux échéances sans cesse repoussées. Mais les chercheurs de l'université de Rochester, depuis longtemps parmi les pionniers du domaine, viennent de franchir une étape décisive dans la quête à une source d'énergie quasi-illimitée. À l'aide d'Omega, le laser ultraviolet le plus puissant du monde (sauf probablement pour quelques lasers militaires), il a été possible de faire imploser une cible d'hydrogène solide refroidie préalablement en-dessous de -250°C. Le confinement inertiel est l'une des approches possibles pour obtenir une réaction de fusion intéressante, c'est-à-dire libérant plus d'énergie qu'elle n'en consomme. Dans l'expérience du LLE, le laboratoire d'énergétique laser de Rochester, le fait d'utiliser de l'ultra-froid permet de partir avec plus de matière comprimée dans un même volume minuscule. Les cibles d'hydrogène sont soumises au froid et à la pression, puis “attaquées” par les 60 faisceaux lasers coordonnées d'Omega, amenant quasi-instantanément leur température d'un froid interplanétaire à la chaleur du centre d'une étoile. Pour un instant infinitésimal, une partie des atomes entre en fusion mais le résultat n'est évidemment pas très utile pour le moment, bien que la décharge laser instantanée soit colossale. Cependant, la clé de la fusion inertielle est d'arriver à tenir. L'investissement énergétique initial semble rédhibitoire mais si le laser devient capable de conserver la matière “sous pression”, le bilan devrait rapidement s'inverser. Omega n'a pas les moyens d'atteindre cet objectif. Mais les chercheurs de Rochester déblaient aujourd'hui le terrain pour leurs collègues de la National Ignition Facility, le grand centre de fusion en cours de construction au laboratoire californien Lawrence Li-vermore. Car la NIF disposera, elle, de 192 faisceaux laser capables d'amener la matière à une température deux fois plus élevée qu'Omega mais avec une approche similaire. Et porte sur ses épaules le rêve américain des spécialistes de la fusion contrôlée : l'allumage.

Usine Nouvelle :

http://www.usinenouvelle.com/usn/site/pages/actualit/actua_j/general.cfm?

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une pile flexible et rechargeable

    Une pile flexible et rechargeable

    Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC), à Vancouver, ont mis au point une pile rechargeable flexible qui peut être mise au lavage. Selon le professeur en génie informatique ...

  • Des boîtes quantiques pour doper les panneaux solaires

    Des boîtes quantiques pour doper les panneaux solaires

    Chauffer les maisons, propulser les véhicules, alimenter l’industrie métallurgique et les data centers… Comment répondre aujourd’hui à la vaste demande en énergie de l’humanité ? De nombreuses ...

  • Une encre à nanoparticules  pour les cellules solaires pérovskites

    Une encre à nanoparticules pour les cellules solaires pérovskites

    Des chercheurs australiens ont utilisé une encre à base d'oxyde d'étain comme couche de transport d'électrons dans des cellules optoélectroniques. Ces matériaux pérovskites aux halogénures ...

Recommander cet article :

back-to-top