RTFlash

La Commission européenne lance un programme pour l'emploi dans l'économie cognitive

La Commission européenne a lancé une nouvelle stratégie ambitieuse pour promouvoir l'emploi dans la nouvelle économie cognitive dans la nouvelle économie cognitive, ainsi que pour surmonter l'écart avec les Etats-Unis en matière d'accès à Internet et d'utilisation des technologies de l'information et des communications. Actuellement, le taux d'accès à Internet en Europe est non seulement beaucoup plus faible qu'aux Etats-Unis, mais il est concentré dans les groupes à fort revenu, chez les hommes, et - géographiquement - en Europe du Nord. Demandant que des mesures globales soient prises dans l'Europe toute entière, Mme Anna Diamantopoulou, membre de la Commission chargé de l'emploi, a déclaré: "Notre objectif est de construire une économie cognitive - c'est le seul moyen de créer des emplois et de la croissance en Europe dans les années à venir. Si nous pouvons combiner compétitivité et cohésion dans la nouvelle économie cognitive, l'Europe servira de modèle au monde. Le document de la Commission fait état d'un certain nombre de possibilités et de défis liés à l'économie cognitive, examine des exemples des meilleures pratiques existantes en Europe, ainsi que certaines faiblesses et certains risques auxquels l'Europe doit faire face. D'ici 2010, la moitié de l'ensemble des emplois appartiendront à des secteurs qui sont soit d'importants producteurs soit des utilisateurs intensifs de produits et de services des technologies de l'information. Ce document souligne qu'environ 9 millions d'Européens sont déjà des télétravailleurs et que 81 millions de personnes sur les 117 millions ayant moins de 25 ans dans l'Union européenne se trouvent dans des établissements d'enseignement. C'est la génération Internet qui représente aussi la relève sur le marché de l'emploi. L'emploi dans la société de l'information devient déjà, en moyenne, moins stable et moins sûr que dans le passé et il dépend davantage de compétences et de capacités d'adaptation élevées. Le taux de pénétration d'Internet dans l'UE est inférieur à celui des Etats-Unis: actuellement, il ne correspond qu'à un tiers du taux de pénétration dans ce pays. Les internautes européens passent également beaucoup moins de temps en ligne - moins d'un quart du temps qu'y passent les utilisateurs américains. Les risques d'exclusion de la société de l'information atteignent un niveau inquiétant: la grande majorité des internautes européens est concentrée dans le nord de l'Europe; les personnes ayant un revenu élevé sont environ deux fois plus susceptibles d'utiliser Internet que les personnes ayant un revenu moyen, et presque trois fois plus que les personnes ayant un faible revenu. À la fin de l'année 1998, seulement un quart des internautes en Europe étaient des femmes - alors que ce pourcentage était de 50 % aux Etats-Unis. Des comparaisons au niveau international montrent qu'en Europe la prochaine génération de travailleurs risque de ne pas disposer de compétences clés par rapport à leurs homologues internationaux. Le déficit de qualification existe déjà aujourd'hui, les besoins non satisfaits en main-d'oeuvre hautement qualifiée limitant la croissance dans les secteurs des logiciels, des services et des télécommunications. La pénurie de spécialistes des technologies de l'information en Europe Occidentale pourrait atteindre 1,6 million d'emplois d'ici 2002. L'Europe - en particulier les PME - est en retard en matière d'innovation et d'utilisation des technologies modernes de l'information et des communications. Dans son rapport, la Commission présente des recommandations spécifiques dans quatre domaines principaux - éducation, travail, services publics et entreprises - assorties d'échéances et d'indicateurs de contrôle spécifiques. Il s'agit des recommandations suivantes.

Education

-* Relier chaque école à Internet d'ici 2002.

-* Garantir que tous les enseignants ont des compétences vérifiables en matière de société de l'information.

Travail

-* Garantir que l'ensemble des travailleurs ont la possibilité d'acquérir les nouvelles compétences clé de la société de l'information.

-* Etablir des cadres flexibles pour le télétravail, remplissant les nouveaux besoins des entreprises et des salariés.

-* Appliquer des normes conviviales pour l'équipement afin d'améliorer l'employabilité des personnes handicapées.

Société

-* Créer des sites Internet conviviaux contenant des informations sur les droits civils et les services publics.

-* Créer des points d'accès publics à Internet et dispenser une formation sur place en matière de société de l'information dans tous les lieux publics (bibliothèques, bureaux de poste, par exemple).

Entreprises

-* Encourager l'esprit d'entreprise par des politiques fiscales récompensant la prise de risques.

-* Promouvoir l'utilisation des outils de la société de l'information par les PME dans le cadre de programmes publics.

Commission européenne : http://europa.eu.int/rapid/start/cgi/guesten.ksh?p_action.gettxt=gt&doc=IP/00/119|0|RAPID&lg=FR

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top