RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Combien de morts en cas de chute d'un gros astéroïde sur une grande ville ?

Une étude réalisée par des ingénieurs, physiciens et géographes de l'Université britannique de Southampton a essayé d'évaluer de manière rigoureuse le nombre de victimes qui serait provoqué par la chute d'un astéroide de grande taille sur une mégapole. Grâce à un programme informatique dénommé "Armor" (Asteroid Risk Mitigation Optimization and Research), les chercheurs ont calculé le niveau de mortalité associé à trois scénarios : une explosion dans l'atmosphère, une collision sur une terre émergée, ou un impact dans l'océan.

Leur modèle intègre de nombreux paramètres comme la taille, la composition et la vitesse du bolide, ainsi que les densités de population ou les types d'habitats dans différentes régions du monde. Les pertes en vies humaines ont également été estimées en fonction des sept principaux phénomènes résultant de la chute d'un astéroïde : vents extrêmement violents, ondes de choc, rayonnements thermiques, séismes, projections de roches, cratère et tsunamis.

Premier enseignement, ce sont les phénomènes météorologiques qui seraient les plus dévastateurs dans tous les cas de figure ! Selon cette étude, l'effet de souffle, les tornades et rafales de vents suscitées par l’explosion d’un astéroïde de 50 mètres de diamètre au-dessus de Londres seraient en effet responsables de 85 % des victimes (pour un total de 2,8 millions de morts), les autres succombant à la chaleur intense.

Dans l'hypothèse où une météorite de 200 mètres de diamètre s’écraserait au cœur de la mégalopole britannique, ces vents provoqueraient 49 % des décès (qui s’élèveraient alors à 8,8 millions), les autres causes les plus mortelles étant les radiations thermiques (24 %) et les ondes de chocs (23 %) qui détruisent les organes internes.

On peut toutefois se rassurer en rappelant que des astéroïdes de cette taille ne percutent la Terre, en moyenne, qu’une fois tous les 40.000 ans et qu'en outre cette probabilité concerne la totalité de la surface terrestre, dont la majeure partie est constituée d'océans ou est inhabitée.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

US

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top