RTFlash

Cancer de la prostate : la thérapie par ultrasons confirme son efficacité

Un  essai clinique de phase II, réalisé par des médecins du Memorial Sloan Kettering Cancer Center (MSK), confirme ces promesses dans le traitement du cancer de la prostate. Selon l’auteur principal, le Docteur Behfar Ehdaie, chirurgien en cancérologie urologique, cette nouvelle approche thérapeutique peut être définie comme une « tumorectomie masculine » : au lieu d'enlever tout le tissu d'une prostate -ou d’un sein- il est plus sûr et plus efficace de traiter uniquement les zones cancéreuses, et « il devient possible de réduire considérablement le fardeau des patients ».

Cette nouvelle stratégie, développée ces dernières années, qui vise l’ablation partielle de l’organe, a fait peu à peu ses preuves pour le cancer de la prostate en particulier en cas de petites tumeurs confinées à une zone spécifique de la prostate. Au MSK, les chercheurs travaillent dans cette direction, en utilisant la technique connue sous le nom d'ultrasons focalisés de haute intensité (HIFU), guidés par l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

L'essai clinique de phase II, qualifié d’historique, démontre que cette méthode moins invasive fonctionne remarquablement bien pour de nombreux patients. L'essai a validé l’efficacité du traitement par HIFU, guidés par IRM (MRgFUS), chez des participants atteints d'un cancer à risque intermédiaire. La nouvelle approche est parvenue à contrôler de manière efficace la maladie chez ces patients avec, dans le même temps, des effets secondaires indésirables extrêmement réduits. Cela suggère que de nombreux hommes atteints d'un cancer de la prostate à risque intermédiaire pourraient éviter la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. « Nous pensons que cette nouvelle stratégie de traitement pourra améliorer la vie de nombreux patients atteints d'un cancer de la prostate », commente l’auteur : « si nous établissions un parallèle avec le traitement du cancer du sein, nous pourrions définir la thérapie focale comme une tumorectomie masculine. Au lieu de retirer tous les tissus d'un sein ou d'une prostate, nous avons appris qu'il est sûr et efficace de traiter les zones spécifiquement touchées ».

Cet essai clinique de phase II marque une étape importante vers l'intégration de la nouvelle approche HIFU dans le traitement généralisé du cancer de la prostate. Car, lorsque le cancer est confiné à la prostate, les principales options de traitement comprenaient jusque-là la surveillance active, la chirurgie et la radiothérapie. L’approche HIFU constitue donc une alternative supplémentaire. Par ailleurs, elle pourrait également concerner certains patients qui avaient besoin d'une intervention chirurgicale ou d'une radiothérapie et subissaient souvent des effets secondaires persistants, tels que des problèmes urinaires et sexuels, très handicapants et néfastes à leur qualité de vie.

L'échographie focalisée guidée par IRM (MRgFUS) est un traitement ambulatoire qui dure environ 2 heures. Les patients sous anesthésie sont placés dans un appareil d'IRM qui couvre la moitié inférieure du corps. Une fois que l'appareil a pris une image de la prostate, les médecins délimitent la zone de traitement et délivrent les ondes ultrasonores focalisées, guidées par l'IRM. Les ondes ultrasonores proviennent de différentes directions, se croisant pour attaquer et tuer le cancer en chauffant les cellules à plus de 70°C. Le patient se réveille de l'anesthésie et rentre chez lui. Il n'y a pas d'incisions ou de blessures sur le corps à guérir. L’essai actuel confirme que la procédure est sans danger pour les patients et qu'ils peuvent reprendre une activité normale immédiatement.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Eurekalert

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Redéfinir l’obésité à partir de la masse musculaire

    Redéfinir l’obésité à partir de la masse musculaire

    Une équipe d’endocrinologues du Van Andel Research Institute (Michigan) propose de redéfinir en profondeur le concept scientifique d’obésité, en y intégrant le facteur primordial, selon elle, lié à ...

  • L'intelligence artificielle au service des enfants diabétiques

    L'intelligence artificielle au service des enfants diabétiques

    Un nouveau traitement pourrait bientôt être disponible pour les jeunes enfants atteints de diabète de type 1 (2300 enfants en France, soit environ 20 cas pour 100 000 enfants). Selon une étude ...

  • L’avocat protège le cœur

    L’avocat protège le cœur

    Une étude prospective qui a suivi plus de 110 000 hommes et femmes pendant plus de 30 ans suggère que manger deux portions d'avocat par semaine réduit le risque de développer une maladie ...

Recommander cet article :

back-to-top