RTFlash

Matière

Naissance d’un photoelectron

Une expérience réalisée sur de l’hélium par une équipe de recherche impliquant des laboratoires du CEA, du CNRS, de l’Université Pierre & Marie Curie (UPMC) 1 et de l’Université Autonome de Madrid (UAM), a permis d'observer, pour la première fois en temps réel, tous les détails de l’émission d’un photoélectron par un atome d’hélium. Cette observation de l'effet photoélectrique pourrait permettre de contrôler plus finement certaines réactions chimiques ou le déplacement des électrons au sein de nanostructures.

À première vue, l’effet photoélectrique expliqué par Albert Einstein en 1905 paraît simple. Un atome absorbe un photon ultra-violet (UV) ou X et répond à cette excitation par l’émission quasi-instantanée d’un électron (appelé photoélectron). Or pour certaines énergies, il existe des états électroniques où les deux électrons de l'atome d'hélium sont excités. Ceci fait qu'il existe alors deux « chemins » énergétiques en compétition, conduisant à l'émission du photoélectron. A ces énergies, le spectre d'absorption de la lumière par l'hélium comporte un pic au profil asymétrique, dont la largeur indique la durée complète de la photoionisation : 17 femtosecondes (10-15 s). Le physicien italien Ugo Fano a décrit ce phénomène et donné son nom à ce profil caractéristique.

Observer le phénomène en temps réel est donc un véritable défi expérimental. Les chercheurs ont relevé ce défi en excitant des atomes d’hélium avec des impulsions ultracourtes d'un faisceau laser infrarouge intense. Ils ont ainsi pu mesurer le spectre en énergie des photoélectrons émis, à la résolution temporelle des impulsions du laser : la femtoseconde.

Le profil du spectre montre initialement un pic unique (ionisation par le chemin le plus direct), qui se dédouble après un retard de 7-8 femtosecondes, révélant l'interférence entre les deux chemins d'ionisation. Le « film » de la photoionisation de l’atome d'hélium est ainsi reconstitué par une trentaine d’ « images », séparées chacune d’une femtoseconde. Le procédé mis en œuvre pourrait être appliqué à d’autres atomes, à des molécules de tailles diverses (biomolécules) et à des nanostructures.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNRS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top