RTFlash

Vivant

Dépression et inflammation : le lien se confirme

Une étude de l'Inserm s'est intéressée à des patients souffrant de mastocytose, une maladie caractérisée par l'accumulation de certaines cellules immunitaires : les mastocytes.

Près de 50 % des patients atteints de mastocytose souffrent de symptômes dépressifs ; chez ces patients, les mastocytes provoquent une inflammation en libérant beaucoup de molécules inflammatoires. Les chercheurs ont étudié 54 patients souffrant de mastocytose. Les personnes les plus sujettes à la dépression avaient peu de tryptophane dans leur sang, une molécule précurseur de la sérotonine dans le cerveau.

Or, la baisse de sérotonine est associée à la dépression. Les patients souffrant de mastocytose avaient aussi plus de dérivés neurotoxiques du tryptophane comme l'acide quinolinique : cela signifie que le tryptophane ne servait pas à fabriquer de la sérotonine ; une hypothèse est que l'inflammation détournerait le tryptophane de la synthèse de sérotonine.

Cette recherche ouvre la voie à de nouveaux traitements pour la dépression, notamment pour les personnes qui ne voient pas d'amélioration avec les antidépresseurs classiques. Ainsi, la kétamine est un anesthésiant qui bloque l'acide quinolinique ; elle aurait donc des effets antidépresseurs. De même, des médicaments limitant l'inflammation pourraient être employés dans le même but.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Inserm

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top