RTFlash

Le tour de force perceptif des plantes pour se maintenir à la verticale

Nous partageons avec la plupart des plantes la station debout, verticale. On sait depuis longtemps que nous contrôlons la verticalité de notre posture grâce à une perception de la gravité au sein de notre oreille interne, en particulier au niveau du système otolithique, un ensemble de petits « cailloux » pris dans un gel et reposant sur des cils mécanosensibles. Les plantes  possèdent également un système de perception de leur orientation par rapport à la verticale ; ce système est composé de petits grains d’amidons appelés statolithes qui sédimentent au sein de cellules spécialisées appelée statocytes et distribuées tout au long des tiges des plantes.

Toutefois, une différence a attiré l’attention des scientifiques : si nous sommes secoués ou lorsque nous sommes soumis dans un manège à une accélération centrifuge, nous perdons le sens de la verticalité. En effet, nous savons depuis Einstein qu’un observateur local (un organisme, une cellule) ne peut distinguer les forces gravitationnelles des forces inertielles liées à des accélérations, comme par exemple celles induites par des secousses ou encore par la force centrifuge. Et notre oreille interne est très sensible à l’intensité de ces forces. Or, les plantes sont très souvent agitées par le vent, sans pour autant perdre le sens de la verticale.

Comment font-elles pour ne pas - comme nous - avoir « la tête qui tourne » ? C’est la question que s’est posée un groupe de chercheurs associant des mécanobiologistes de l’Inra et de l’Université Blaise Pascal et des physiciens du CNRS. Ils ont réalisé un « manège à plantes » en disposant une chambre de culture de plantes sur une centrifugeuse à deux axes de rotations, similaire à celles utilisées pour entraîner les astronautes, et suivi de manière précise les mouvements de redressement des plantes.

En analysant plusieurs centaines de plantes appartenant à 4 espèces représentatives des grands types de plantes à fleurs cultivées (le blé, la lentille, le tournesol et l’arabette des dames), ils ont montré qu’à la différence de notre oreille interne, les plantes sont capables de percevoir leur inclinaison par rapport à la gravité sans être affectées par l’intensité des forces gravitationnelles ou inertielles qu'elles subissent. Les plantes peuvent ainsi osciller fortement dans le vent sans confondre ce balancement avec une perte durable de verticalité.

Ce dispositif expérimental est désormais combiné à un microscope afin de pouvoir suivre en temps réel les mouvements des statolithes dans les cellules et décrypter les phénomènes cellulaires et moléculaires qui permettent aux plantes cette prouesse.

Ces résultats inédits débouchent sur deux types d’applications. La première, agronomique, devrait permettre d’améliorer la capacité des plantes à se redresser après qu’une tempête les ait versées, un problème source de près de 10 % de perte de rendement sur les céréales au niveau mondial. La deuxième application est biomimétique : en s’inspirant des cellules statocytes des plantes, on doit pouvoir concevoir des capteurs de positions miniaturisés plus performants.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNRS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Un maïs capable de puiser son azote dans l'air !

    Un maïs capable de puiser son azote dans l'air !

    Des chercheurs de l’Université du Wisconsin développent une variété de maïs capable de puiser son azote dans l’air plutôt que dans le sol. Ce nouveau maïs issu de croisements naturels pourrait un ...

Recommander cet article :

back-to-top