RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Séquençage du génome de plus de 3 000 variétés de riz

En exploitant une gigantesque banque de variétés de riz conservées aux Philippines, une équipe internationale de chercheurs est parvenue à déterminer le séquençage du génome de plus de 3 000 variétés de riz, c’est-à-dire à dresser une sorte d’inventaire de leurs gènes. Les riziculteurs vont pouvoir se servir de ces données pour tenter de développer certaines caractéristiques de la céréale afin d’obtenir des variétés aux rendements plus élevés, plus résistantes ou plus nutritives. « Cela va contribuer à renforcer la sécurité alimentaire des consommateurs », dit Kenneth McNally, un biochimiste américain employé par l’Institut international de recherche sur le riz (Irri), basé à Los Baños, au sud de Manille. ONG créée en 1960, l’Irri travaille avec différents gouvernements pour améliorer les variétés.

Au fil des siècles, les paysans ont amélioré les variétés en isolant certaines caractéristiques et en les croisant. Mais, souligne Kenneth McNally, ils ne savaient pas quels gènes contrôlaient quel trait de la céréale si bien que leur travail relevait du tâtonnement. Le séquençage du génome va permettre de donner un coup d’accélérateur au processus, soulignent les chercheurs. Des variétés améliorées pourront être mises à la disposition des paysans en moins de trois ans, contre douze ans sans ces informations génétiques.

Aujourd’hui, les chercheurs espèrent aussi que leurs travaux serviront à produire des variétés plus riches en nutriments, qui permettront de combattre certaines maladies chez l’homme. « Nous étudions l’enrichissement en micronutriments », dit Nese Sreenivasulu, chercheur indien chargé de la qualité et de la nutrition à l’Irri. La prévalence du diabète de type-2, qui touche des centaines de millions de personnes, pourrait être limitée par la mise au point de variétés de riz qui libéreraient plus lentement du sucre dans le sang. L’Irri espère aussi mettre au point du riz plus riche en zinc, ce qui permettrait de lutter contre les retards de croissance et les décès liés à la diarrhée dans le Sud-Est asiatique.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Business World

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top