RTFlash

Avenir

Le premier nanocommutateur entièrement optique

Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont conçu le premier interrupteur optique à base de nanofils photoniques en sulfure de cadmium. Ces nanofils permettent de réaliser des interrupteurs photoniques minuscules qui n'ont plus  besoin d’une source de lumière externe. En effet, le premier nanofil fait office de laser et sert d'émetteur et le second nanofil assure la transmission du signal.

Ces deux nanofils sont séparés par une distance qui varie de 5 à 500 nanomètres et ce dispositif binaire permet de créer une porte logique  "NON-ET" à deux entrées.

Concrètement, cette porte NON-ET utilise deux sources de lumière, un interrupteur court (3,31 µm de longueur) et un interrupteur long (7,25 µm). A l'extrémité de chacun de ces nanofils se trouve un laser à argon faisant office d’interrupteur.

La réalisation de cette porte optique NON-ET démontre la faisabilité d'un circuit composé uniquement de composants optiques et constitue une étape importante vers l'ordinateur optique et l’informatique photonique qui pourraient fonctionner 1000 fois plus rapidement que nos ordinateurs actuels utilisant l'électron.

Article rédigé par Mark FURNESS pour RTFlash

Nature

Science Daily

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une mousse à l’épreuve des balles…

    Une mousse à l’épreuve des balles…

    Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord, dirigés par Afsaneh Rabiei, ont mis au point une étonnante mousse métallique légère à l’épreuve des balles standards et perforantes. Cela pourrait ...

  • Les nanotechnologies passent au vert

    Les nanotechnologies passent au vert

    Des chercheurs de l’Institut des nanotechnologies de Lyon, du laboratoire Ingénierie des matériaux polymères, de l’Institut de science des matériaux de Mulhouse et de ...

  • Un matériau souple transparent en soie et nanotubes de carbone

    Un matériau souple transparent en soie et nanotubes de carbone

    Des chercheurs de la Swanson School of Engineering de l’Université de Pittsburgh ont montré que la soie, combinée à des nanotubes de carbone, pourrait donner naissance ...

Recommander cet article :

back-to-top