RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Une photosynthèse artificielle à l’aide d’une feuille synthétique

Des chercheurs des instituts d’électrochimie et de chimie inorganique de l’Université d’Ulm (Bade-Wurtemberg) ont conçu une feuille synthétique sensible à la lumière permettant de décomposer l’eau en dihydrogène et en dioxygène sur le modèle de la photosynthèse des plantes.

La photosynthèse naturelle a été modélisée afin d’identifier les agents responsables de la transformation de l’eau en oxygène. La photosynthèse est un processus permettant aux plantes de faire réagir de l’eau et du dioxyde de carbone pour produire de la matière organique (souvent des sucres) nécessaire à leur croissance. Le dioxygène n’est qu’un sous-produit de cette réaction.

Cette dernière s’effectue au sein d’un complexe enzymatique dont le cœur de la réaction est un composé de manganèse et d’oxygène. Par biomimétisme, les chercheurs ont conçu un cube d’oxyde de manganèse-vanadium qui catalyse la décomposition de l’eau en dioxygène et en dihydrogène.

Par ailleurs, une antenne moléculaire absorbant la lumière permet de collecter l’énergie pour la réaction. Les chercheurs souhaitent désormais s’intéresser au fonctionnement du transfert d’électrons dans leur système et à la formation du dioxygène à sa surface. En effet, jusque-là, la plupart des systèmes fonctionnaient avec un apport d’électricité supplémentaire (électrolyse) et/ou via des métaux nobles.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

ULM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • Jack Teste-Sert

    13/07/2016

    Une autre solution d'avenir pour booster les capteurs solaires ?

    20 juin 2016
    Technologies
    Les nanofils - l’énergie solaire de demain ?

    Inspirée des arbres et de leur manière de capter la lumière, une technologie radicalement nouvelle, basée sur des nanofils, dépasse toutes les attentes. Capable de capter 12 fois plus de lumière que les panneaux solaires déjà existants, les éléments utilisés ici sont mis en œuvre de façon à s'auto-organiser en fils plutôt qu'en structures couche-par-couche. Ce procédé conduit à des dispositifs plus légers et à une baisse significative du cout de l'électricité.
    http://future.arte.tv/fr/nanofils

  • back-to-top