RTFlash

Matière

Un matériau capable de se réparer tout seul

Quand une pâle d’éolienne ou un avion subit un impact qui l’endommage, il faut changer ou réparer la pièce en rajoutant de la résine, un peu à la manière d’un patch de tissu. Si la première solution est coûteuse, la seconde présente le désavantage d’alourdir la pièce, au risque de modifier ses propriétés. Aujourd’hui, des chercheurs de l’EPFL ont mis au point un matériau particulier qui permet une autre solution : la réparation simple et rapide des fissures dans la structure composite, grâce à une technologie brevetée.

"Notre technologie est composée d’un agent réparateur intégré directement dans la fabrication du matériau", explique Amaël Cohades, chercheur au Laboratoire de mise en œuvre de composites à haute performance de l’EPFL (LPAC). Elle permet une réparation sur place en très peu de temps des fissures dans la résine d’une pièce par simple chauffage du matériau à 150 degrés.

L’agent réparateur s’active et la pièce endommagée s’auto répare rapidement, tout en conservant ses propriétés de base. Ce procédé, unique sur le marché, peut s’appliquer à toutes sortes de structures et permet de prolonger d’au moins trois fois la durée de vie d’une pièce. De plus, les propriétés de base et la tolérance au dommage initial sont équivalentes à celle d'un composite traditionnel ; le procédé est compatible avec les processus industriels actuels et ne nécessite pas de bouleverser le mode de fabrication.

Cette technologie serait particulièrement intéressante pour les éoliennes et les cuves de stockage. "Rien que pour les éoliennes, le coût de maintenance mondial est estimé à 13 milliards de francs pour 2020", souligne Amaël Cohades. Le chercheur estime qu’il y aurait également "de nombreuses applications pour toutes les pièces que l’on ne prend aujourd’hui pas la peine de réparer, comme un vélo ou un pare-chocs de voiture". A noter que la réparation n’est plus possible si l’impact est tel que les fibres sont cassées : toutefois, les dégâts affectant toujours la résine en premier lieu, une autoréparation avec application de chaleur serait intéressante dans la majorité des cas.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EPFL

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Des cartilages imprimés en 3D !

    Des cartilages imprimés en 3D !

    Poietis, spécialiste français de l’impression de tissus organiques, a annoncé un partenariat de recherche de deux ans avec le département d’ingénierie tissulaire de ...

  • Le MIT et BMW développent un matériau d’impression 3D gonflable

    Le MIT et BMW développent un matériau d’impression 3D gonflable

    BMW et le MIT Self-Assembly Lab ont réussi à concevoir et fabriquer des structures capables de se transformer et de changer de forme et de taille à tout moment. Les deux partenaires affirment avoir ...

  • Un bois métallique aux propriétés étonnantes

    Un bois métallique aux propriétés étonnantes

    Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie, aux États-Unis, ont réussi à mettre au point un matériau aussi résistant que le titane, mais quatre à cinq fois moins dense : le "bois métallique". Il ...

Recommander cet article :

back-to-top