RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Homme

L'homme s'est-il mis à marcher pour mieux explorer son environnement ?

Selon une étude publiée par l'Université britannique de York, les premiers hominiens seraient devenus bipèdes non sous l'effet d'un brusque changement climatique mais plus probablement parce qu'ils étaient contraints d'évoluer dans des régions aux reliefs escarpés.

Jusqu'à présent, la théorie dominante postulait que les premiers hommes avaient quitté la forêt pour explorer la savane à la suite d'un brutal changement climatique. Se retrouvant dans un milieu où ils étaient bien plus exposés aux prédateurs divers, ces premiers hommes se seraient alors redressés pour survivre et auraient adopté le bipédisme.

Mais après avoir étudié l'évolution de l'anatomie des premiers hominiens et les milieux dans lesquels ils évoluaient, ces nouvelles recherches dirigées par Isabelle Winder en arrivent à la conclusion que le bipédisme se serait probablement développé en réponse à l'adaptation d'une exploration de régions à fort relief et non en réaction à un changement climatique et écologique.

Selon cette nouvelle hypothèse, les hominiens auraient décidé, il y a environ 6 millions d'années, de se réfugier dans les gorges rocheuses d'Afrique de l'Est dont le relief tourmenté leur procurait de nombreux abris. Obligés de se déplacer dans ce nouvel environnement escarpé, ces premiers hommes auraient fini par adopter le bipédisme, un mode de locomotion bien plus efficace sur ce type de terrain. Nos ancêtres auraient ensuite, grâce à la libération de leurs mains, bénéficié d'un fort développement cérébral qui leur aurait permis d'inventer et de combiner les premiers outils.

L'étude souligne enfin que "Cet environnement nouveau et très varié a probablement également contribué à développer certaines aptitudes nouvelles, telles que le sens de l'orientation, un mode de communication plus élaboré et des stratégies de chasse et de coopération sociale beaucoup plus complexes".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Antiquity

The University of York

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top