RTFlash

L'analyse du génome de l'Homme de Néandertal montre des relations de parenté avec l'Homme moderne

L'équipe de Svante Pääbo, directeur du département de génétique évolutionnaire à l'Institut Max Planck d'anthropologie évolutionnaire de Leipzig ], a publié le séquençage partiel du génome de l'Homme de Néandertal dans un article paru dans la revue Science le 7 mai 2010. Pour la première fois depuis le séquençage du génome humain, des chercheurs sont parvenus au bout de quatre années de travail à séquencer le génome d'un hominidé : l'Homme de Néandertal, qui plus est le plus proche parent éteint de l'Homme.

Le séquençage du génome du Néandertal a été réalisé à partir de l'analyse de plus d'un milliard de fragments d'ADN extraits d'os de l'époque du Néandertal trouvés en Croatie, en Espagne, en Russie et en Allemagne. Le travail de séquençage est dans ce cas particulièrement difficile étant donné l'âge de l'ADN : le matériel génétique est très détérioré et contaminé.

Selon Svante Pääbo, plus de 95% de l'ADN d'un échantillon analysé provient en fait de bactéries et de microorganismes qui se sont développés après la mort de l'individu. Les chercheurs de Leipzig sont tout de même parvenus à reconstituer plus de 60% du génome de l'Homme de Néandertal, grâce à de nouvelles techniques développées en partie par eux-mêmes. Ils espèrent séquencer le reste du génome prochainement.

BE

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top