RTFlash

Avenir

Du fructose à partir de la pomme de terre

Prenez une pomme de terre dans laquelle vous aurez préalablement intégré deux gènes codant des enzymes permettant la dégradation de l'amidon, chauffez à 65 pendant 45 minutes, et vous obtenez du fructose à partir de l'amidon dégradé par l'activation des enzymes. Une technique de fabrication du fructose à partir de pommmes de terre génétiquement modifiées, une avancée potentiellement très intéressante pour l'industrie alimentaire, vient d'être annoncée par un laboratoire de l'université Jules Verne d'Amiens, en Picardie. "L'intérêt est de pouvoir produire du fructose à moindre coût", explique Anthony Beaujean, l'un des chercheurs de l'équipe, "même si en Europe nous devons prendre des pincettes lorsqu'il s'agit d'OGM". Jusqu'à présent, le fructose qui entre dans la fabrication des sirops, édulcorants et autres préparations alimentaires, est produit biochimiquement à partir du maïs, par des bactéries importées activées à haute température, un processus industriel de fabrication relativement complexe et coûteux. Avec la pomme de terre génétiquement modifiée, on a en même temps le substrat, l'amidon, et des enzymes susceptibles de le transformer en fructose, alors que dans le processus industriel on a d'un côté le substrat, et il faut se procurer en plus les bactéries qui vont permettre sa dégradation. La pomme de terre génétiquement modifiée peut produire 19 fois plus de fructose que la pomme de terre "ordinaire", précise Rajbir Sangwan, du CNRS, qui a dirigé cette recherche au laboratoire d'androgénèse et de biotechnologie de l'université Jules Vernes. Le résultat de ces travaux, commencés en 1995 et partiellement financés par la Région Picardie, a été publié dans la revue américaine Biotechnology and Bioengineering. "Les Américains pourraient bien se précipiter sur cette technologie", selon Rajbir Sangwan.

AFP :

http://www.afp.com/ext/francais/lemonde/sci/001010105337.3tdkdth2.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top