RTFlash

Vivant

Compter les cellules tumorales circulantes pour mieux soigner le cancer du sein

Une recherche française, d’équipes de l’Institut Curie et de l’Université de Versailles, soutient et explique l'utilité clinique du nombre de cellules tumorales circulantes (CTC) pour le traitement et le suivi du cancer du sein métastatique. Cet essai clinique randomisé démontre en effet que le nombre de cellules tumorales circulantes peut permettre de mieux personnaliser le traitement.

L'essai ajoute aux promesses de la biopsie liquide, via la technologie d'un de ses pionniers, Menarini Silicon Biosystems, et soutient précisément ici la fiabilité de l'utilisation du nombre de cellules tumorales circulantes (CTC) pour guider le choix thérapeutique de première ligne pour les patients atteints d'un cancer du sein métastatique aux récepteurs œstrogéniques positifs (ER +), HER2-négatif.

« L'utilisation du nombre de CTC représente le premier outil de décision objectif et reproductible pour aider les médecins à choisir entre l'hormonothérapie ou la chimiothérapie pour ce groupe particulier de patients », explique en préambule l’auteur principal, le Docteur François-Clément Bidard, professeur d'oncologie médicale à l'Institut Curie et à l'Université de Versailles. « Nos résultats indiquent que le nombre de CTC complète l'opinion du médecin sur le traitement à choisir et devrait être inclus dans l'algorithme de décision ». Le test confirme la fiabilité et l'utilité clinique du test CTC : le système CELLSEARCH® CTC de Menarini Silicon Biosystems était utilisé pour ce test  qui consiste à capturer et isoler les cellules tumorales circulant dans le sang chez les patients.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Les bénéfices cardiovasculaires du café

    Les bénéfices cardiovasculaires du café

    Plusieurs études populationnelles ont observé une association entre la consommation régulière de café et une réduction du risque de mortalité prématurée, en particulier la mortalité liée aux ...

  • Un virus génétiquement modifié pour traiter le glioblastome

    Un virus génétiquement modifié pour traiter le glioblastome

    Une version génétiquement modifiée du virus qui cause l'herpès oral et génital pourrait aider les médecins à combattre un cancer souvent impossible à guérir, ont constaté des chercheurs américains. ...

  • L'avenir de la vaccination appartient au patch…

    L'avenir de la vaccination appartient au patch…

    Une étude australienne, dirigée par le Docteur David Muller et réalisée sur des souris, vient de donner des résultats prometteurs sur une possible vaccination anti-Covid par patch, et non plus par ...

Recommander cet article :

back-to-top