RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Espace

Combien y-a-t-il de planètes dans le système solaire ?

Jusque l'an dernier, tout collégien connaissait la réponse : neuf. Mais la découverte de la mystérieuse 2003 UB313 a déclenché une polémique parmi les astronomes, qui s'interrogent désormais sur la notion même de planète. Après Mercure, Venus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton, faut-il se faire à l'idée que le Soleil compte une planète de plus ?

La nouvelle venue semble, après tout, plus grosse que Pluton, même si sa taille exacte fait encore l'objet de débats dans la communauté scientifique. Le danger, souligne sur son blog l'astronome Mike Brown, l'un des auteurs de la découverte de juillet 2005, c'est qu'en retenant ce seul critère de taille, on ne sait pas où l'on s'arrête. La famille des planètes solaires pourrait alors continuer à s'étoffer sensiblement dans les années à venir. L'erreur initiale était peut-être d'avoir inclus Pluton parmi les planètes.

Les quatre planètes les plus proches du soleil sont en effet des corps rocheux, à la taille relativement modeste. Les quatre suivantes sont des géantes gazeuses. Toutes suivent une orbite circulaire autour du Soleil. En revanche, Pluton et 2003 UB313 sont totalement différentes : elles sont largement composées de glace et suivent une orbite très excentrique autour de notre astre. Pluton peut s'en rapprocher jusqu'à 4,4 milliards de kilomètres et s'en éloigner de 7,4 mds de km. 2003 UB313 - un nom plus seyant est à l'étude - oscille entre 5,7 mds de km et 14,5 mds de km du Soleil. Dans le jargon des astronomes, ce sont d'abord des "objets de la ceinture de Kuiper", cette frange lointaine du système solaire qui abrite des dizaines de milliers d'astéroïdes glacés, vestiges de la formation du Système solaire. Dans un article à paraître dans le magazine scientifique Nature, une équipe d'astronomes allemands menés par Frank Bertoldi (Université de Bonn) évalue à 3.000 kilomètres le diamètre d'UB313, contre 2.300 km pour Pluton. "Puisque UB313 est décidément plus grand que Pluton, il devient de plus en plus difficile de justifier qu'on puisse appeler Pluton une planète, si UB313 ne reçoit pas ce statut", souligne M. Bertoldi.

M. Brown, qui travaille à l'Institut de technologie de Californie (CalTech), avait estimé la taille de son bébé, au moment de sa découverte, à "une fois et demie" celle de Pluton. Sur la base de nouvelles observations, il pense désormais que UB313 n'est que légèrement plus grande que Pluton, de l'ordre de 1 %. Mais priver Pluton de son statut de planète ne sera pas chose facile, d'autant que les Etats-Unis y sont très attachés : Pluton est la seule planète découverte par un des leurs : l'astronome Clyde Tombaugh, en 1930.

Pour M. Brown, le débat pourrait être tranché en reconnaissant qu'une planète est une notion culturelle et non scientifique. Jusqu'à Pluton, on aurait des planètes. Après ce ne seraient que des "objets" célestes. On pourrait aussi choisir de ne retenir que les corps transneptuniens plus gros que Pluton. D'autres proposent de classer comme planètes les corps célestes ronds, les astéroïdes ayant généralement une forme irrégulière.

"La discussion, même si elle fait dépenser beaucoup d'énergie, a un intérêt à peu près nul du point de vue scientifique, faute de définition précise de ce qui distingue une petite planète d'un gros astéroïde", souligne l'astronome français Bruno Sicardy, un spécialiste de Pluton. "C'est quoi la différence entre un gros caillou et un rocher ?", s'interroge-t-il.

Wanadoo

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top