RTFlash

Matière

Recycler l'eau avec du soleil et du CO2

Pour satisfaire l'ensemble de nos besoins directs (boisson, alimentation, hygiène) et indirects (énergie, alimentation), nous consommons, en moyenne environ cinq tonnes d’eau par personne et par jour.

Pour réduire les prélèvements en eau douce, le recyclage des eaux semble être une solution d’avenir. Deux grandes familles de technologies sont actuellement disponibles : l’osmose inverse ou le lagunage et filtration UV. Énergivore (6 à 10 kWh/m3 d’eau traitée) et coûteuse (jusqu’à 6 euros/m3), la première est plutôt destinée à la production d’eau potable dans les îles et les grandes villes. Économique et sobre en énergie (0,1 kWh/m3), la seconde ne peut, en revanche, produire de l’eau potable et n’est pas adaptée aux zones à fort stress hydrique.

Basée en Provence, la start-up Hélio Pur propose une troisième voie très prometteuse baptisée Purification Bio-Solaire (PBS). Cette technologie consiste à faire passer l’eau à traiter dans de longues tubulures translucides, avec une forte concentration de gaz carbonique. Sous le double effet du rayonnement solaire et du CO2, le système produit photosynthèse, oxygène, minéralisation, photodégradation et photodésinfection.

À la sortie de ces photoréacteurs : de l’eau pure et un peu de microalgues (qui stockent le carbone), facilement séparables. Le phytoplancton peut ensuite être utilisé comme engrais, voire dans la fabrication d’agrocarburants.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

PBS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une nouvelle voie pour la catalyse : le champ électrostatique

    Une nouvelle voie pour la catalyse : le champ électrostatique

    Un simple champ électrostatique pourrait-il remplacer les catalyseurs chimiques complexes et onéreux utilisés pour accélérer les réactions chimiques ? C'est l'hypothèse avancée par Michelle Coote, ...

  • Une enzyme pour décarboner les rejets industriels

    Une enzyme pour décarboner les rejets industriels

    Les milieux extrêmes, comme les grands fonds océaniques, sont d’une extraordinaire richesse enzymatique. C’est particulièrement vrai pour les abords des sources hydrothermales, où l'on a découvert ...

  • Michelin prépare le pneu végétal !

    Michelin prépare le pneu végétal !

    BioButterfly. C’est le nom de code du projet de recherche lancé en 2012 à Lyon par Michelin et l’Institut français du pétrole Energies nouvelles (IFPEN). Le projet est maintenant entré dans sa phase ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top