RTFlash

Matière

Un matériau révolutionnaire qui absorbe le CO2

Des chercheurs de l'Université de Nottingham, au Royaume-Uni, ont récemment découvert un nouveau matériau qui pourrait être utilisé pour prévenir et lutter contre le réchauffement planétaire. Ce matériau, baptisé NOTT-300, possède une très grande capacité d'absorption du dioxyde de carbone (CO2) et un fort potentiel pour réduire les émissions de CO2 et contribuer ainsi à la lutte contre le changement climatique. Selon le professeur Martin Schröder, qui dirige ces recherches, "Ce matériau permet de développer un système de capture bien plus souple et performant que les technologies existantes. Il peut également être utilisé pour séparer ou éliminer des gaz acides, comme le soufre."

Ce matériau permet non seulement une absorption élevée de CO2 et de SO2 mais il permet la séparation de gaz comme l'hydrogène, le méthane, le nitrogène et l'oxygène.

Autres avantages : le NOTT-300 est stable dans l'eau, résiste à des températures allant jusqu'à 400 degrés, facilite la libération de molécules de gaz absorbées par une perte de pression, et possède une excellente stabilité chimique face à la plupart des solvants organiques courants. Sur le plan économique, ce matériau est produit à partir de matériaux organiques relativement bon marché.

"Nous devons réduire de moitié les émissions humaines de CO2 dans le monde d'ici 2050 pour limiter les effets négatifs du changement climatique et dans cette perspective, il nous faut mobiliser toutes les ressources de la technologie pour mettre au point des matériaux peu coûteux aptes à la capture et au stockage du CO2" précise Martin Schröder.

Article rédigé par Mark FURNESS pour RTFlash

The University of Nottingham

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • Jacques Tesseire

    2/11/2012

    Reste à trouver quelle est la cause première, de l'échauffement planétaire, des cyclones, séismes, tornades accrus.
    Certains géologues (www.earth-keeper.com) émettent l'idée que ce serait la conscience "pressée d'en finir", pas assez calme, qui interviendrait de manière quantique sur le noyau cristallin de fer-nickel de la planète en faisant tourner plus vite sa partie centrale à l'inverse de son enveloppe extérieure.
    Justement, pourquoi pas... : un peu comme cette idée de connexion du cerveau avec un ordinateur !
    Com.les-glands-laisse-prix se "rencontrent" ?

  • AtomicBoy44

    2/11/2012

    Un commentaire même pas de moi :
    13/09 | 16:07 | Francis Daubresse
    (http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/energies-environnement/ener...)

    @Daniel,

    Le CO2 est un gaz à effet de serre, c'est prouvé. Son spectre de "transparence" aux rayonnements est différent de celui de l'oxygène et de l'azote.
    En quantité infinitésimale dans l'atmosphère, il joue un rôle.
    Quant à savoir si ce rôle est déterminant dans le réchauffement climatique, étant donné le nombre de paramètres intervenant, il est difficile de le prouver...mais il est tout aussi difficile de prouver le contraire.
    Disons que ça ne va pas dans le bon sens....
    Maintenant, reste à savoir si un réchauffement a des conséquences dramatiques à court terme (agriculture) ou à long terme (multiplication des cataclysmes climatiques, disparition de zones littorales noyées, d'espèces....C'est difficile à prouver pour le court terme mais il est facile d'identifier les zones menacées par l'élévation du niveau des océans.
    On ne peut donc pas être binaire.
    Dans ces phénomènes qui concernent notre planète, on peut émettre beaucoup d'hypothèses, certaines sont invérifiables à l'échelle de la vie humaine......on est donc obligé de faire comme en justice, admettre la notion de présomption mais il y a un impératif d'honnêteté scientifique: une présomption n'est pas une vérité.
    Pour ma part, j'émets l'hypothèse que la machine thermique que représente l'atmosphère terrestre risque de perdre en puissance si l'écart entre la source froide (zones polaires) et la source chaude (zones équatoriales) diminue. C'est le principe de Carnot et dans ce cas particulier, le changement de puissance est rapide.
    Il se peut que les conditions météorologiques générales deviennent plus stables, donc que le beau temps quand il est bien installé dure plus longtemps et réciproquement pour la pluie. Ce phénomène aggraverait les sécheresses et les inondations...... Pour l'agriculture, ce serait dommageable....mais ce n'est qu'une hypothèse.

  • AtomicBoy44

    2/11/2012

    La meilleure manière de ne pas avoir a capturer le CO2 serait de ne pas bruler de charbon, du gaz ou du pétrole. Ou encore de ne pas faire d'oxydoréduction !

    La technologie ne pourra pas tout sauver. mais au fait quel est le bilan carbone de la fabrication de ce matériau ? avec quoi et avec quelle quantité d’énergie le synthétise t-on ?

    Dit autrement : quel est son bilan carbone de synthèse de truc écran de fumée ?

  • Poster un nouveau commentaire

back-to-top