RTFlash

L'innovation toujours en panne dans l'Union

Selon le tableau de bord de l'Union de l'innovation (TBUI) 2010 publié le 1er février par la Commission européenne, l'Europe n'arrive pas à combler l'écart avec les Etats-Unis et le Japon, ses principaux concurrents. Sans oublier la Chine.

Au moins, l'Europe ne se voile pas la face. Avec la publication de son nouveau tableau de bord l'Union de l'innovation (TBUI) 2010, basé sur 25 nouveaux critères plus pertinents pour mesurer l'innovation dans ses 27 pays,  l'Union sait exactement où elle en est en la matière.

Et le constat est sans appel. L'Union n'arrive pas à combler l'écart avec ses principaux concurrents internationaux, les Etats-Unis et le Japon. Et si elle maintient son avance sur l'Inde et la Russie, force est de constater que le Brésil fait des progrès constants et que la Chine rattrape rapidement son retard. 

Côté européen, la Suède, le Danemark, la Finlande et l'Allemagne font partie des quelques bons élèves. Leurs performances dépassent de 20 % celle de la moyenne des 27. Pour les autres pays européens, ils sont au mieux suiveurs. La France en fait partie. Onzième, elle est même proche de la moyenne européenne.

Certains sont à la traine et sont appelés pudiquement « innovateurs modérés » ou « innovateurs modestes » pour les moins performants  comme la Bulgarie, la Lettonie, la Lituanie et la Roumanie.  

Performances des États membres de l’UE en matière d’innovation

Le classement varie peu par rapport aux années précédentes. Mais surtout le principal constat reste le même. C'est dans la catégorie «activités des entreprises» que l'UE27 est en retard. C'est le cas notamment en termes de co-publications public-privé, de dépenses de R&D des entreprises et, par rapport au Japon, de brevets PCT (traité de coopération en matière de brevets).

De plus, l'Union produit moins de brevets à impact élevé (c'est-à-dire engendrant des revenus importants provenant de pays tiers) et ne se positionne pas sur les secteurs à croissance élevée (high-tech par exemple).

S'il n'y a rien de vraiment nouveau dans ce tableau, il fournit quand même des détails, pays par pays. Et il aide à identifier clairement les leviers sur lesquels il faudrait agir : créer des conditions réglementaires plus favorables à l'investissement privé en R&D. Avec en premier lieu, la mise en place d'un brevet unique pour l'union. Ce serait un début. Mais ne résoudra surement pas tous les problèmes.

Usine Nouvelle

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

  • J.T.

    26/07/2014

    Il y a pourtant un domaine de normalisation écologique qui prime en Europe, urgent même, de favoriser totalement la mise des camions sur plateformes ferroviaires pour préparer l'après pétrole et diminuer pollutions affolantes et bruits si nuisibles et stressants pour les riverains...!

    Ainsi que d'obliger tout camion, tout tanker neuf à fonctionner au GNV issu de méthanisation végétale !*!*!*! Seule énergie naturelle largement disponible, si l'on corrige nos déserts et terres agricoles sans assez d'agroforesterie, ne retenant ni eaux ni humus...!

    La Vraie Europe douce et propre ne peut être mise sous la coupe sombre des abusifs qui planquent tous leurs bénéfices en paradis fiscaux, et qui laissent l'Europe passoire, la surpopulation et les risques de conflits... aller à vautre l'ooh !

  • Poster un nouveau commentaire

    back-to-top