RTFlash

Matière

Eurovia lance une route à énergie positive

Après "Wattway", la "route solaire", lancée par Colas (filiale routière de Bouygues), il y a deux ans, Eurovia, la filiale routière de Vinci, vient de présenter son "Power Road", une route à énergie positive. Mais Wattway et Power Road ne sont pas comparables.

L'une produit de l'électricité, tandis que Power Road produit de la chaleur et ce, sans modifier l'aspect de surface, qui reste ce que les professionnels appellent un « enrobé » (en langage courant le bitume ou l'asphalte). Le principe de Power Road, marque déposée par Eurovia, n'est pas sans rappeler les sols chauffants. Des tubes en serpentin sont noyés dans le bitume. Un fluide circule en circuit fermé dans ces tubes pour récupérer la chaleur de l'asphalte chauffé par le soleil. Cette chaleur "peut par exemple être utilisée pour le chauffage et l'eau chaude des bâtiments avoisinants", illustre Pierre Anjolras.

Lorsque l'installation est couplée à de la géothermie, ce même fluide peut aussi, à l'inverse, chauffer la route en hiver pour la déneiger ou éviter le verglas. "Le savoir-faire est dans la formulation de l'enrobé, qui est un brevet d'Eurovia", explique le président. Le système conçu repose sur un circuit de tubes dans lesquels circule un fluide, raccordé à une source de chaleur en géothermie.

Cette "route à gestion de chaleur" a été testée pour la première fois en 2013 pour sa fonction déneigement. Un autre test a été lancé en juillet 2017 sur 500 m2 d'accès au parking poids lourds du péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines (78) sur l'autoroute A10, gérée par Cofiroute (groupe Vinci). La zone test inclut un bâtiment de Cofiroute que Power Road, couplé à une pompe à chaleur, doit contribuer à chauffer. Power Road a été installé en août, au lycée Xavier Marmier, pour que 3.500 m2 de chaussée d'accès au parking s'autodéneigent et ne givrent pas. Pour cela, Power Road sera raccordé au réseau de chaleur local.

Eurovia précise que sa technologie ne rallonge que de 15 % le temps de réalisation d'une route neuve ou en réfection. Reste que le coût deux fois plus élevé de cette "route thermique", par rapport aux chaussées actuelles, risque d'en réserver l'usage à des contextes locaux et des utilisations particulières.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Eurovia

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top