RTFlash

Matière

Un électron peut parfois se briser !

Bien que l'électron soit, en théorie une particule élémentaire et à ce titre "incassable", une équipe de  physiciens allemands et suisses annoncent dans la revue Nature qu’ils ont observé la séparation d’un électron en deux entités distinctes, le spinon et l’orbiton. Il s’agit de quasiparticules dont l’existence a été théorisée depuis une quinzaine d’années.

Les électrons isolés sont des particules élémentaires qui ne peuvent pas être séparées en d’autres entités. Il en va autrement des électrons au sein d’un matériau : ils interagissent avec leur environnement et adoptent des comportements différents. Ces électrons ont trois propriétés : sa charge électrique, son spin (sa rotation qui en fait un micro-aimant), et son orbite autour du noyau atomique. Ces trois propriétés forment chacune une entité qui se propage dans une direction. Il en découle trois quasiparticules : l’orbiton, le spinon et le holon. Les deux dernières avaient déjà été observées expérimentalement il y a quelques années. C’est désormais aussi le cas de l’orbiton.

Thorsten Schmitt, de l’Institut Paul Scherrer (Suisse) et ses collègues européens ont réussi à observer la désintégration d’un électron en spinon et en orbiton dans un oxyde de cuivre (Sr2CuO3). Pour y parvenir, ils ont utilisés une source synchrotron, bombardant la surface de rayons X afin d’exciter les électrons, qui absorbent une partie de l’énergie. Ensuite, c’est en comparant la différence entre le rayonnement reçu et le rayonnement émis par le matériau que les physiciens déduisent les propriétés des nouvelles particules obtenues. Ou plutôt des quasiparticules car elles n’existent pas en dehors de ce matériau.

Sciences et Avenir

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Le premier contrôle quantique d'une molécule…

    Le premier contrôle quantique d'une molécule…

    Depuis une vingtaine d'années, les scientifiques savent contrôler les paramètres quantiques des atomes ou des particules élémentaires (électron, photon), notamment grâce à ...

  • Un capteur de rayons X miniature pour une médecine de haute précision

    Un capteur de rayons X miniature pour une médecine de haute précision

    Le rayonnement X permet de scruter la matière, que ce soit pour des applications médicales ou pour contrôler des pièces industrielles. Mais les détecteurs de rayons X sont encombrants, ce qui limite ...

  • Une mémoire photonique

    Une mémoire photonique

    Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont montré qu'il est possible d'utiliser la lumière pour stocker des données de manière permanente. Ces scientifiques travaillent ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top