RTFlash

Espace

La relativité générale d'Einstein une fois de plus vérifiée grâce à un pulsar

Une équipe de recherche internationale, en utilisant l'Observatoire européen austral (ESO) et le Very Large Telescope, vient d'observer, grâce à l'activité d'un système binaire, une nouvelle confirmation de la théorie de la relativité générale d'Einstein.

Les étoiles binaires sont des objets composés de deux étoiles orbitant autour d'un centre de gravité commun. Mais dans l'expérience réalisée par ces chercheurs, ce système binaire est tout à fait exceptionnel puisqu'il se compose d'une étoile à neutrons (résultant de l'explosion d'une étoile massive) autour de laquelle orbite une naine blanche, issue pour sa part de l'évolution d'une petite étoile.

Cette étoile à neutrons, également appelée pulsar, présente la particularité d'émettre des ondes radio de manière très stable. À la surface de cet objet cosmique singulier, la gravité est 300 milliards de fois plus puissante que celle observée sur notre planète. Au cœur de cette étoile, la matière est si condensée qu'un seul dé à coudre de celle-ci pèse plus d'un milliard de tonnes !

Ce système binaire est donc le siège de forces gravitationnelles d'une intensité inimaginable, ce qui en fait un excellent modèle pour vérifier les conséquences physiques de la relativité générale. Or, cette théorie prévoit notamment qu'un tel système binaire doit émettre de puissantes ondes gravitationnelles qui déforment la courbure de l'espace-temps et entraînent une déperdition d'énergie.

C'est exactement ce que les astrophysiciens ont observé, comme le souligne Paulo Freire, qui précise « Nos observations effectuées dans le domaine radio étaient si précises que nous avons déjà été capables de mesurer une variation de 8 millionièmes de seconde par an dans la période orbitale de 2,46 heures de ce système, qui correspond exactement à la variation prévue par la théorie d'Einstein ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Wired

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Pourquoi l'Univers se réchauffe-t-il ?

    Pourquoi l'Univers se réchauffe-t-il ?

    Des astrophysiciens de l’Université d’État de l’Ohio ont exploré l’histoire thermique de l’Univers, au cours des derniers 10 milliards d’années — pour rappel, l’Univers est âgé d’environ 13,8 ...

  • Première détection d'oxygène moléculaire dans une autre galaxie

    Première détection d'oxygène moléculaire dans une autre galaxie

    Le dioxygène (ou O2) est une molécule-clé dans les processus biologique, car il permet la respiration cellulaire. Il est abondant sur notre planète mais dès qu'on s'en éloigne, il est très difficile ...

  • Une molécule organique rare découverte sur Titan

    Une molécule organique rare découverte sur Titan

    Décidément Titan, la plus grosse lune de Saturne, n’en finit pas d’étonner les scientifiques par sa complexité. Des astronomes ont découvert dans l'atmosphère de Titan du cyclopropénylidène, une ...

Recommander cet article :

  • J.T.

    5/05/2013

    D'accord "vu", mesuré depuis la Terre..., mais une question plus "astre à astre" pourrait être de comprendre les conditions locales..., et particulièrement celles de temps et de vitesse de la Lumière in situ ? C'est à dire, sans le filtre local terrestre et ce qu'il y a entre ce système étonnant et nous...
    Là, peut-être que la "limite" de vitesse de la lumière serait balayée ? Est ou n'E.T. il pas ?

  • Gab

    4/08/2014

    Salut,

    La vitesse de la lumière (dans le vide) est la même dans tous les référentiels. Elle ne risque donc pas de varier. Par contre, le temps s'écoule moins vite dans les régions soumise à la gravitation.

  • back-to-top