RTFlash

Vivant

L'importance du sommeil dans l'apprentissage et la mémoire

Malgré les obstacles - absence de modèle naturel de l'insomnie chez l'animal et limites de l'expérimentation chez l'homme -, des progrès considérables ont été réalisés en quelques années dans la compréhension du sommeil. Sur son rôle, d'abord. Il est constitué de phases de sommeil dit lent, parce que le cerveau produit des ondes électriques lentes, qui se terminent par du sommeil profond. Ces phases de sommeil lent sont entrecoupées de 4 à 5 épisodes de sommeil paradoxal caractérisés par un relâchement musculaire total associé à une intense activité cérébrale. «Le sommeil paradoxal dure beaucoup plus longtemps chez le bébé que chez l'adulte et pourrait jouer un rôle dans le développement cérébral», explique Pierre-Hervé Luppi.

Beaucoup d'hypothèses sont émises sur le rôle du sommeil lent sur la mémoire. «Au cours de la journée, les multiples informations qui arrivent au cerveau sont engrangées sous forme de milliers de messages aux synapses, ces jonctions qui se créent entre les neurones. Le sommeil lent servirait à éliminer les synapses qui ne servent à rien, pour ne garder que les mémoires pertinentes et pouvoir engranger d'autres informations le lendemain.

Plusieurs arguments expérimentaux vont dans ce sens.» Autre hypothèse solide, celle du renforcement des apprentissages. «On rejouerait durant la nuit certains actes de la journée. Chez l'animal, on observe durant le sommeil lent des séquences d'activation de neurones identiques à celles enregistrées lors de tâches effectuées dans la journée. De plus, le transfert de ces souvenirs depuis l'hippocampe, au centre du cerveau, vers le cortex cérébral durant le sommeil lent permettrait leur stabilisation.»

Le retentissement des insomnies, et plus largement du manque de sommeil sur l'organisme, suscite aussi beaucoup d'intérêt. Des études convergentes suggèrent qu'un sommeil insuffisant favoriserait l'obésité. «La privation de sommeil diminue la leptine, qui coupe l'appétit, et augmente la ghréline qui l'accroît.

Ces deux hormones agissent aussi au niveau central, notamment sur un système ancestral d'éveil qui s'active en cas de besoin alimentaire, celui de l'orexine (l'hormone cérébrale produite par ces neurones). Mais l'ensemble de ces interactions est loin d'être connu», explique André Bourgin. Pour Pierre-Hervé Luppi, «ce lien n'est pas surprenant puisqu'il y a une proximité anatomique au sein de l'hypothalamus entre des voies qui régulent la prise alimentaire et les centres du sommeil et de l'éveil».

LF

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Vers un nouvel éclairage de l’autisme ?

    Edito : Vers un nouvel éclairage de l’autisme ?

    En un demi-siècle, l'autisme est devenu la troisième pathologie psychiatrique la plus répandue dans le monde, derrière la dépression et les troubles bipolaires, et devant la schizophrénie. Selon ...

  • Trop de temps devant les écrans nuit aux jeunes enfants

    Trop de temps devant les écrans nuit aux jeunes enfants

    On sait à présent que les enfants passant un temps excessif devant les écrans ont un risque accru de développer certains troubles du développement. Mais l’inverse n’est pas exclu et on peut se ...

  • La neurogénèse mieux comprise

    La neurogénèse mieux comprise

    Nos nerfs sont formés de petits câbles par lesquels circulent une diversité d’informations, comme celles nous permettant de bouger. Ces câbles sont en fait des cellules appelées neurones qui ...

Recommander cet article :

back-to-top