RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La cyber-criminalité fait trembler les entreprises et les états

Il ne se passe pas de jour sans que l'on apprenne que tel ou tel groupe de hackers s'en est pris aux ordinateurs d'une administration importante ou d'une grande entreprise. Le 12 janvier dernier, l'Etat de la Californie révélait que 5 jeunes âgés de 15 à 17 ans avaient mené une attaque en règle contre le système informatique de deux laboratoires travaillant sur le programme d'armement nucléaire des Etats-Unis. Ce nouvel épisode de la cyber-criminalité rappelle que la plupart des hackers sont jeunes, qu'ils agissent souvent par jeu et pour démontrer qu'aucun système n'est infaillible. D'ailleurs, on notera que ce dernier argument a été soulevé par la défense de Mitnick, lors de son procès, mais rejeté par l'accusation. On ne peut certes pas cautionner ces activités ; néanmoins, elles ne peuvent être mises sur le même plan que les actes criminels motivés par le seul appât du gain. La récente tentative d'extorsion de fonds dont a été victime CD Universe, un marchand de disques en ligne, révèle un bouleversement radical chez certains hackers. Un pirate a menacé cette entreprise de e-commerce de publier en ligne les numéros de cartes de crédit de ses clients, si 100 000 dollars (650 000 FF) ne lui étaient pas versés. CD Universe a refusé ce chantage. Pour ces hackers, s'attaquer aux administrations et aux grandes entreprises pour "titiller" leurs responsables informatiques n'a plus de sens ni d'intérêt ; il est plus profitable, pour eux, de s'en prendre aux petites et moyennes entreprises, moins bien préparées à résister à ce genre de menace. Une récente étude publiée par Security Forum.com, société spécialisée dans les questions de sécurité, souligne l'extrême fragilité des PME par rapport à cette nouvelle forme de crime. Il est intéressant de noter qu'aux Etats-Unis le comité spécial chargé du bogue de l'an 2000 vient de se voir confier une "mission permanente d'observation du cybercrime". Enfin, une information diffusée sur un forum de discussion, mais qui reste à confirmer, indique que l'Union européenne, les Etats-Unis, le Japon, le Canada et d'autres pays comme l'Afrique du Sud préparent actuellement un traité international contre le crime électronique. Ce texte pourrait être signé d'ici à la fin de l'année. En tout état de cause, les Mitnick et autres hackers ont du souci à se faire, même si l'on peut penser que ce n'est pas un traité, même international, qui les empêchera de semer la panique sur nos réseaux informatiques.

Courrier International : http://www.courrierinternational.com/actual/multimedia.asp

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top