Quand la machine learning s’attaque au diagnostic du paludisme