RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vers le contrôle génétique du cancer

Une équipe de chercheurs suédois du célèbre Hôpital Karolinska de Stockholm vient de découvrir un moyen de restituer ses propriétés anti-tumorales à un gène défectueux responsable de nombreux cancers. Plus de la moitié des patients atteints des tumeurs cancéreuses ont subi une mutation du gène baptisé p53. Chez les individus sains, ce gène participe à la régénération de l'ADN et combat ainsi le développement de tumeurs. L'équipe de l'hôpital Karolinska de Stockholm est parvenue à remettre le gène mutant en état, ouvrant la voie au développement d'une thérapie susceptible de combattre toute forme de cancer, a affirmé le professeur Klas Wiman, directeur de recherche. "Nous avons eu la chance nécessaire pour découvrir une substance qui fonctionne. Baptisée Prime-1, cette molécule régénère les protéines mutantes du gène p53 et, globalement, le cancer s'auto-détruit". La substance en question, appelée Prime-1, a été testée sur des souris auxquelles une forme humaine de cancer des os avait été inoculée. Peu après l'injection, la croissance des tumeurs s'interrompt presque entièrement. Aucun effet secondaire, comme la perte de poids ou des comportements inhabituels, n'a été observé, poursuit Wiman. "Nous l'avons essayé sur des cultures de cellules et, s'il existe un gène p53 défectueux, elle semble fonctionner", ajoute-t-il. Dans la mesure où le gène p53 n'est pas responsable de l'ensemble des cancers, Wiman préconise d'associer ce traitement à des méthodes telles que les radiations et la chimiothérapie. Le Professeur Wiman précise que la prochaine étape de ses recherches va consister à mieux comprendre les mécanismes d'action de prime-1 pour essayer de trouver d'autres molécules ayant des effets similaires sur ce gène P 53. " Il faudra bien 10 ans pour mettre au point ces nouveaux médicaments de contrôle génétique mais la voie est à présent ouverte", souligne avec enthousiasme le Professeur Wiman. Reuters :

http://www.reuters.com/news_article.jhtml?type=sciencenews&StoryID=652725

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top