RTFlash

La TV mobile testée par le grand public

La télévision sur un téléphone mobile ne sera bientôt plus un rêve. La commercialisation des premiers bouquets de chaînes devrait commencer dès le second semestre 2006 en France. En attendant, les différents consortiums qui ont obtenu le feu vert du CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel) pour réaliser des expérimentations grandeur nature se livrent à une course de vitesse. Celui intégrant TPS lancera ainsi très prochainement un test sur 400 utilisateurs en région parisienne qui recevront une dizaine de chaînes sur des téléphones mobiles Sagem.

Mais le premier à se lancer est le groupe rassemblant Canal+, Nokia, SFR et Towercast. Depuis le 28 septembre, 500 personnes recrutées à parts égales parmi les abonnés de Canal+ et de SFR (principalement des adolescents et des cadres actifs célibataires) ont reçu un téléphone Nokia 7710. Pendant six mois, ils pourront regarder gratuitement 13 chaînes et écouter 4 radios. Selon l'équipementier finlandais, ce terminal de test a une autonomie de 3 heures en utilisation.

Ces programmes sont conçus sous la norme DVB-H (Digital Video Broadcasting Handheld). Cette solution permet d'en diffuser dix à trente fois plus qu'en DVB-T (la norme de la télévision numérique terrestre) car l'image est réduite et adaptée aux terminaux mobiles. Chaque programme est codé en 270 kbit/s (contre 4 à 5 Mbits/s pour la TNT). Lorsque la personne allume son téléphone, elle découvre une mosaïque présentant les chaînes. Grâce à un stylet, elle peut consulter un guide afin de découvrir les émissions futures. Elle aura alors tout loisir, par exemple, de paramétrer son téléphone pour qu'il l'avertisse du début de l'émission choisie.

Cette expérimentation ne se contentera pas de diffuser du contenu audiovisuel. Il s'agit aussi de tester l'interactivité. Dans ce cas, la communication passe par le réseau de téléphonie mobile de l'opérateur. En cliquant sur un logo, les utilisateurs pourront notamment aller sur le site de la chaîne. Canal+ compte aller plus loin lors d'une seconde étape. Elle va demander au CSA l'autorisation de proposer des programmes en paiement à la séance. La voie de retour pourra être testée pour commander un clip vidéo ou voter lors d'une émission.

LM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top