RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Transmission inter espèces du prion et adaptation

Des chercheurs américains, à l'heure où certains scientifiques pensent que l'ESB se transmet à l'homme via les chats en Grande Bretagne, ont cherché à comprendre comment une maladie à prion pourrait se propager à d'autres espèces. Ils ont examiné les processus par lesquels la maladie dite de la 'scrapie' se transmet du hamster à la souris et constaté une capacité du prion à s'adapter à son nouvel environnement. Bruce Chesebro et ses collègues du National Institute of Allergy and Infectious Diseases dans le Montana (EU) ont développé un modèle adaptatif d'un agent du prion (scrapie strain 263K) sur le hamster et observé sa transmission à la souris pendant plusieurs années. Les premières souris inoculées par la souche du prion 263K ne sont pas devenues malades mais le prion a persisté dans leur cerveau un an après, à bas bruit, c'est à dire sans réplication apparente de la forme infectieuse du prion. Le prion extrait de leur cerveau était toujours capable d'infecter les hamsters. Par la suite, lorsque les chercheurs ont transféré le prion des premières souris infectées à d'autres souris, celles-ci ont développé la maladie, comme si « le prion semblait avoir appris comment s'adapter à des nouvelles espèces afin de mieux se répliquer », a commenté Chesebro. De plus, les chercheurs ont constaté des variations individuelles dans les temps d'incubation et dans les zones cérébrales infectées par le prion. « Comme la maladie progresse, les possibilités de stratégie du prion augmentent », a conclu le chercheur. « Ces résultats suggèrent que les transmissions des encéphalopathies spongiformes à prion sont probablement plus fréquentes qu'on ne le pense », a déclaré Chesebro, « aussi nous devons être vigilants dans la prévention et la détection de ces maladies, et en particulier faire des efforts dans l'amélioration de la sensibilité des tests de diagnostic ». Les auteurs mettent en garde les pouvoirs publics sur l'utilisation des farines animales données entre espèces car « nous avons la confirmation que le prion s'adapte aux nouvelles espèces et que ce processus est difficile à mettre en évidence », a conclut Richard Race, co-auteur de l'étude.

Caducée : http://fr.news.yahoo.com/011018/54/24irx.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top