RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Les terminaux numériques mobiles vont-ils faire exploser l'Internet ?

Derrière tous les éblouissants produits électroniques présentés au cours du Consumer Electronics Show de Las Vegas cette semaine, se cache un problème imminent : comment éviter la saturation du Net sans cesse plus sollicité par l'interconnexion de ces nouveaux appareils et terminaux numériques.

Selon Intel, qui y travaille activement dans ses laboratoires, le grand défi est de moderniser l'Internet afin qu'il puisse supporter l'arrivée des 15 milliards de périphériques qui seront connectés au réseau d'ici 2015.

L'Internet a été conçu dans les années 1960 pour envoyer des données à des adresses fixes de PC fixes connectés à un seul réseau. Mais aujourd'hui, le paysage numérique a radicalement changé et chacun possède deux ou trois terminaux numériques portables qui se connectent au Net par de multiples réseaux.

Depuis un an, des architectures nouvelles de réseaux sont expérimentées par les principales universités américaines. L'idée de base de ce changement est que le réseau doit être capable d'obtenir des données à partir du point d'entrée le plus proche, sans avoir besoin d'une adresse fixe.

Comme le souligne Zhang Lixia, chercheur en informatique à l'Université de Californie, "Aujourd'hui, j'ai sur mon bureau un smartphone, une tablette et un ordinateur Mac et, pour pouvoir échanger des données entre ces appareils, il n'est plus possible que je doive encore passer par des serveurs situés à des milliers de km."

Pour contourner ce problème majeur, Zhang Lixia travaille sur l'architecture NDN (Named Data Networking), c'est-à-dire "Routage de données identifiées". Dans ce nouveau schéma, les paquets de données ont des adresses qui mettent l'accent sur l'information contenue et pas seulement l'adresse IP de l'endroit d'où partent et arrivent ces données.

L'idée est de permettre un partage simple et rapide des données directement entre  appareils numériques. "Nous pouvons améliorer la vitesse, le débit et l'efficacité globale du Web mais à condition de changer les critères d'adressage et de routage des données. Quand plusieurs milliers de personnes demandent la même donnée au même moment, le système NDN est bien plus efficace car il est capable de la trouver localement sans aller chercher celle-ci sur un serveur situé à l'autre bout du monde" souligne Zang qui ajoute : "Le concept est assez simple mais son application au Web est une véritable révolution". Cette mutation en gestation pourrait notamment permettre aux différents appareils et terminaux que nous utilisons de se connecter simultanément à plusieurs réseaux, ce qui démultiplierait la rapidité et la puissance de l'Internet.

Le projet NDN n'est pas le seul en lice et la Fondation Nationale des Sciences finance également des projets d'architecture Internet concurrents ayant des objectifs similaires, comme l'architecture XIA (eXpressive Internet Architecture) et il est encore trop tôt pour savoir qui l'emportera.

Mais selon David Clark, informaticien au MIT, "Le projet NDN est le plus révolutionnaire dans son approche et sa gestion des données et informations sur le Net ".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

MIT Technology Review

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top