RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Un terminal numérique pour l'enseignement dans le Tiers-Monde

Un terminal numérique rudimentaire mais bon marché (45 EUR) pourrait remplacer à l'avenir le manuel d'étude grâce à des textes téléchargés, notamment dans les pays du tiers-monde où le coût des livres est un des grands problèmes à la diffusion des connaissances. Il a été présenté vendredi par une petite société française qui en évalue le marché à "au moins 3 milliards d'unités". La société LPA a baptisé "TUB" (Terminal Universel Banalisé) cette espèce de plaquette de 25 centimètres de côté, dotée d'un écran à cristaux liquides et d'un petit clavier, et pesant moins de 300 grammes. Sur ce terminal sans fil, rudimentaire mais très économique, peuvent être affichés des textes envoyés, par ondes radio, à partir de n'importe quel micro-ordinateur auquel on a branché un concentrateur radio, d'un coût d'environ 90 EUR. "Un ordinateur peut ainsi envoyer vers 10 ou 100 personnes disposant de cette plaquette un textesimple,sans photo ni illustrations sophistiquées, grâce au logiciel universel TTG résidant sur le PC", explique le directeur général de LPA, Laurent Marquet. Même sans illustration, les pages ainsi téléchargées, selon une technologie radio analogue à celle utilisée par les téléphones portables d'intérieur (DECT), peuvent constituer la solution au principal problème de l'éducation dans le monde, celui du coût des livres, affirment les dirigeants de LPA. Le TUB est loin de viser les performances des livres électroniques lancés depuis quelques mois par des groupes américains utilisant les normes "e-book" mises au point par Microsoft, ou par le groupe français Cytale. En particulier, il ne dispose pratiquement pas de mémoire, et doit donc rester en liaison radio permanente avec le concentrateur radio du PC. "Mais notre terminal coûte dix fois moins cher, et pour donner l'accès au livre au plus grand nombre, c'est cela l'essentiel", a expliqué au cours d'une conférence de presse Remi Rastoin, secrétaire général de LPA. Fondée en 1996, LPA est spécialisée dans la formation et la recherche, notamment pour les sociétés de service informatique. Le terminal n'utilise qu'un tout petit processeur, à peine plus puissant que celui d'une calculette, et ne consomme donc presque pas d'énergie électrique, ce qui est essentiel pour son usage dans les pays du Tiers-Monde. L'alimentation se fait principalement par capteur solaire, associé à des petites piles rondes de 1,5 volt. Ce TUB pourra aussi constituer "le terminal web le plus économique qui soit, ou bien un outil de travail pour les petites entreprises, le logiciel TTG offrant des applications de gestion très corrects, et quasi-gratuites", souligne M. Marquet. Les employés de LPA, qui sont à 80% des docteurs en physique ou en mathématiques, estiment qu'une personne sur deux dans le monde pourrait tirer profit d'un terminal numérique aussi bon marché. Cela représente 3 milliards d'unités, renouvelables tous les 3 ans, en raison des pertes, dégradations ou évolutions, calculent les dirigeants de LPA. Les premiers prototypes pourraient sortir en France en juin et la mise sur les marchés avoir lieu dès septembre ou octobre.

A.F.P. : http://fr.news.yahoo.com/000108/32/7yoa.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top