RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

TIC

Les tarifs des médecins bientôt accessibles en ligne

Plus de transparence sur les honoraires des médecins, c'est ce que souhaite la Sécurité sociale. A partir du mois de juillet prochain, en principe, la Caisse nationale d'assurance maladie indiquera sur son site Internet les tarifs moyens pratiqués par chaque praticien, de façon nominative, qu'il soit conventionné (secteur 1) ou non (secteur 2).

L'organisme souhaite surtout palier le défaut d'information des médecins libéraux du secteur 2 qui peuvent dépasser les honoraires et de fixer leurs propres tarifs, qu'ils doivent afficher dans leur salle d'attente. Mais dans les faits, cette obligation n'est que rarement respectée. La Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait révélé en mai 2007 que la moitié des médecins libéraux inspectés s'affranchissaient de ce devoir.

En pratique, la Sécurité sociale indiquera sur Internet, comme elle le fait déjà au téléphone depuis 2007, la fourchette des honoraires des professionnels de santé. « En plus des honoraires des médecins, nous indiquerons les tarifs des soins pratiqués par les dentistes, puis, ceux des principaux actes techniques », indique t-on à la Cnam.

Dès cet été, les patients devraient donc être mieux armés pour choisir leur médecin. Le Collectif inter-associatif sur la santé (Ciss) qui regroupe l'Union nationale des associations familiales et diverses associations de patients vient de tirer la sonnette d'alarme. Selon un sondage qu'il a effectué en septembre 2007, 13 % des Français ont déjà dû renoncer à des soins en raison du prix de la consultation chez un spécialiste. Et pour cause les dépassements d'honoraires, qui ne sont pas remboursés par le Sécurité sociale, et plus ou moins par les mutuelles, explosent. Ils se seraient montés en 2006 à un total de 6 milliards d'euros dont 4 milliards rien que pour le secteur dentaire.

[OINet">chirurgie, NDRL] », indique t-on à la Cnam.

Dès cet été, les patients devraient donc être mieux armés pour choisir leur médecin. Le Collectif inter-associatif sur la santé (Ciss) qui regroupe l'Union nationale des associations familiales et diverses associations de patients vient de tirer la sonnette d'alarme. Selon un sondage qu'il a effectué en septembre 2007, 13 % des Français ont déjà dû renoncer à des soins en raison du prix de la consultation chez un spécialiste. Et pour cause les dépassements d'honoraires, qui ne sont pas remboursés par le Sécurité sociale, et plus ou moins par les mutuelles, explosent. Ils se seraient montés en 2006 à un total de 6 milliards d'euros dont 4 milliards rien que pour le secteur dentaire.

[OINet

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top