RTFlash

Un stéthoscope connecté pour mieux détecter les maladies cardiaques

Inventé en 1816 par René-Théophile-Hyacinthe Laennec, qui exerçait alors à l'hôpital Necker de Paris, le stéthoscope pourrait bien disparaître avant son 200ème anniversaire, si l'on en croit une étude publiée par des chercheurs de la célèbre École de Médecine du Mont Sinaï de New York qui prévoit le prochain remplacement du stéthoscope par de nouveaux outils technologiques combinant électronique, informatique et ultrasons.

Il est vrai que la startup californienne Eko prépare pour la fin de l'année un stéthoscope connecté qui pourra enregistrer et amplifier les battements cardiaques du patient afin de pouvoir en comparer les caractéristiques aux bases de données médicales.

Ces nouveaux outils médicaux devraient permettre d'améliorer sensiblement le niveau de détection des maladies cardiovasculaires, y compris par des médecins généralistes qui n'ont pas l'expertise du cardiologue. Ce futur stéthoscope comportera d'une part un système d'amplification pour permettre une meilleure détection des différents murmures cardiaques durant l'examen et, d'autre part, une capacité d'enregistrement des examens.

Directement connecté au smartphone du médecin, cet appareil permettra en outre de partager les enregistrements avec une base de données médicale. Les médecins pourront alors comparer l'enregistrement du patient avec d'autres enregistrements diagnostiqués et pourront également transmettre, le cas échéant, l'enregistrement à un spécialiste pour affiner leur diagnostic.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Global Heart

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top