RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le Sipperec va proposer l'accès à l'Internet par le CPL dans 86 communes de l'Ile-de-France

Après trois ans de tests, le Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication (Sipperec) va pouvoir démarrer pour de bon le chantier de l'Internet par courant porteur en ligne (CPL). Une délégation de service public a été attribuée le 30-03-2006 à la société Mecelec. Celle-ci va déployer les équipements nécessaires dans les cinq ans qui viennent, sur tout le territoire du Sipperec. Soit quatre-vingt-six communes dans les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, les Yvelines et le Val d'Oise. Ce qui correspond à 1,55 million de foyers et plus de 7 700 transformateurs EDF à équiper. Les premiers déploiements auront lieu à Courbevoie et Rosny-sous-Bois à partir de début 2007. Il s'agit du premier projet en France et au monde portant sur un déploiement d'une telle ampleur.

Le CPL, c'est la possibilité de délivrer des accès à l'Internet rapide sans avoir à passer par une ligne téléphonique, en utilisant le réseau électrique et les prises de courant normales des habitations. Cette solution technique est généralement évoquée pour couvrir les « zones blanches », mal voire non desservies par les FAI, en régions rurales et isolées. Ici, il s'agit du premier chantier d'envergure en pleine zone urbaine. Les trois ans de tests ont permis de vérifier plusieurs choses. « Premièrement, que cela ne perturbe pas le réseau électrique, affirme-t-on au Sipperec. Deuxièmement, la fiabilité des matériels et des installations. Et enfin, la qualité du service derrière. »

Mecelec vendra ses liaisons aux FAI 10 euros HT pour la seule téléphonie sur IP et 15 euros pour de l'Internet rapide et de la téléphonie. « A ce tarif-là, estime Bruno Estienne, président de Mecelec, ce sera un peu moins cher que les offres actuelles « Il n'y a pas les contraintes physiques de l'ADSL, avec ce problème de distance par rapport au répartiteur, explique-t-on au Sipperec. Actuellement, avec toutes les publicités, on a l'impression qu'on peut avoir du triple-play partout : ce n'est pas vrai. »

Autre intérêt : pas besoin de prise téléphonique, on peut brancher l'ordinateur n'importe où dans l'appartement et avoir Internet. Mieux : le projet prévoit de l'accès à Internet et de la téléphonie sur IP, couplés ou non. La société Mecelec a obtenu une concession de quinze ans sur le réseau du Sipperec, le temps de récupérer les investissements engagés, soit 155,6 millions d'euros. Après cette période, le Sipperec procédera à un nouvel appel d'offres.

[Sipperec">dans l'ADSL, NDLR] », même si la différence ne devrait pas être spectaculaire. Pour l'instant, ce sont des accès d'au moins 1 Mbit/s qui sont prévus. Avec plusieurs particularités par rapport à l'ADSL. « Il n'y a pas les contraintes physiques de l'ADSL, avec ce problème de distance par rapport au répartiteur, explique-t-on au Sipperec. Actuellement, avec toutes les publicités, on a l'impression qu'on peut avoir du triple-play partout : ce n'est pas vrai. »

Autre intérêt : pas besoin de prise téléphonique, on peut brancher l'ordinateur n'importe où dans l'appartement et avoir Internet. Mieux : le projet prévoit de l'accès à Internet et de la téléphonie sur IP, couplés ou non. La société Mecelec a obtenu une concession de quinze ans sur le réseau du Sipperec, le temps de récupérer les investissements engagés, soit 155,6 millions d'euros. Après cette période, le Sipperec procédera à un nouvel appel d'offres.

[Sipperec

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top