RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Des scientifiques découvrent le lien entre la rupture du myocarde et des crises cardiaques

Des scientifiques de Belgique, des Pays-Bas et des États-Unis ont identifié une protéine unique appelée CaM kinase importante dans la cascade biochimique responsable de la rupture cardiaque. Les résultats mettent en lumière le moyen d'éviter une rupture du myocarde lors d'une crise cardiaque en bloquant les processus biochimiques qui déclenchent l'émission de l'hormone aldostérone. L'étude, présentée dans la revue Nature Medicine, avait été partiellement financée dans le cadre du projet MEDIA («The metabolic road to diastolic heart failure»), soutenu à hauteur de près de 12 millions d'euros au titre du thème «Santé» du septième programme-cadre (7e PC).

Sous la direction de l'université de l'Iowa, aux États-Unis, les scientifiques proposent que l'inhibition de cette protéine puisse protéger un patient d'une rupture du myocarde, et par conséquent, augmenter ses chances de survie.

Lors d'une crise cardiaque, plusieurs substances chimiques sont générées, déclenchant des processus biologiques contribuant à la guérison et à la réparation. Le problème se pose lorsque ces substances sont trop nombreuses et provoquent plus de dégâts, entraînant une insuffisance cardiaque et la mort subite.

«Deux des médicaments efficaces contre l'insuffisance cardiaque sont les bêtabloquants qui bloquent l'action de l'adrénaline, et les médicaments bloquant le récepteur de l'angiotensine», explique le professeur Mark E. Anderson des départements de médecine interne et de physiologie moléculaire et de biophysique de l'université américaine, et auteur principal de l'étude. «Le reste des médicaments bloquent l'action de l'aldostérone.»

Les taux d'aldostérone augmentent après une crise cardiaque. Ces taux élevés de l'hormone sont associés à un risque accru de décéder dans les jours suivant la crise. Ces taux importants sont également associés à une oxydation considérable dans le myocarde. Le professeur Anderson et ses collègues ont découvert il y a trois ans que cette oxydation stimule la CaM kinase. Ils ont également découvert qu'elle servait d'essieu dans les voies des bêtabloquants et de l'angiotensine.

«Nous nous sommes demandés si l'aldostérone pouvait fonctionner par la CaM kinase, et si, le cas échéant, [si] certains avantages des bloqueurs d'aldostérone [pourraient] être attribués aux effets de la CaM kinase», explique le professeur Anderson.

Dans cette dernière étude, les chercheurs ont évalué la façon dont les taux élevés d'aldostérone influencent négativement le myocarde après une crise cardiaque et comment la CaM kinase y contribue. Leurs travaux montrent comment la CaM kinase stimule les cellules du myocarde pour générer une enzyme, MMP9, impliquée dans la rupture du muscle.

«Bien qu'il y ait plusieurs sources pour cette enzyme, notre étude montre que le myocarde la produit également et ce faisant, il se fait du mal à lui-même», explique le professeur Anderson. «Nous ignorons la raison de ce fait, mais l'inhibition de la CaM kinase pourrait éviter cela. Nous pensons que notre étude offre des preuves expérimentales sur le bien fondé de cette idée. Les résultats montrent que l'excitation de la CaM kinase serait une cible thérapeutique importante dans les maladies cardiaques, et que le développement d'inhibiteurs de la CaM kinase serait un objectif qui nous permettrait de passer du stade expérimental aux tests cliniques.»

Des experts de l'université de Louvain en Belgique et de la Maastricht University aux Pays-Bas ont également contribué à l'étude.

Cordis

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top