RTFlash

S'inspirer des cités antiques pour mieux lutter contre le réchauffement climatique

En plein cœur de l'Iran, le thermomètre dépasse souvent les 40 degrés. Mais ces températures extrêmes restent supportables grâce aux tours à vent, les ancêtres écologiques de la climatisation, qui intéressent de nouveau les architectes. Située non loin de la Route de la soie, Yazd est l'une des villes les plus chaudes au monde. Entourée de deux déserts, ses étés sont brûlants et les pluies extrêmement rares. Ses habitants ont appris à s'y adapter. Avec des méthodes inventées il y a plus de 2.500 ans, au temps où l'empire perse dominait le Moyen-Orient.

Yazd est « le témoignage vivant de l'utilisation intelligente des ressources disponibles limitées nécessaires à la survie dans le désert », résume l'Unesco, qui l'a inscrite dès 2017 sur la liste du Patrimoine mondial. Cette cité de 530.000 habitants est « une source d'inspiration pour la nouvelle architecture confrontée aux défis de la durabilité », ajoute cette organisation de l'ONU.

Yazd est notamment réputée pour ses quelque 700 badguirs ("attrape vent" en persan), des tours traditionnelles et élégantes qui surmontent les toits plats du centre historique. « Les badguirs ont joué un rôle capital dans la prospérité de la ville. Durant des siècles, avant l'invention de l'électricité, elles ont permis de rafraîchir les logements. Grâce à elles, les gens vivaient à l'aise », explique Abdolmajid Shakeri, responsable du ministère du Patrimoine pour la province de Yazd. Similaires à des cheminées droites à quatre côtés, les badguirs sont dotées de grandes fentes verticales et de plusieurs conduits à l'intérieur. Elles laissent entrer le moindre souffle d'air frais dans le logement tandis que, sous la pression, l'air chaud est poussé à en sortir. Cette méthode de réfrigération est « totalement propre car elle n'utilise ni électricité ni matériaux polluants », souligne Majid Oloumi, directeur du jardin de Dowlat-Abad, où se situe une badguir de 33 mètres, la plus haute au monde.

Cet exemple d'architecture bioclimatique inspire un nombre croissant d'architectes dans le monde, comme le Franco-Iranien Roland Dehghan Kamaraji, basé à Paris, qui a longuement étudié le fonctionnement des badguirs. Elles « démontrent que la simplicité peut être un attribut essentiel de la durabilité, démentant l'idée répandue que les solutions durables doivent nécessairement être complexes ou high-tech », défend-il.

Parmi les projets les plus représentatifs, il cite celui de la Masdar City, aux Émirats arabes unis, dont « les bâtiments sont conçus pour tirer parti de la ventilation naturelle pour le refroidissement, à l'instar des badguirs ». A Melbourne, en Australie, le Council House 2 est aussi un immeuble au système de refroidissement passif, comme le Eastgate Centre à Harare (Zimbabwe), qui « s'inspire des termitières, une démarche similaire à celle des badguirs ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Le Figaro

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • fnaf12

    5/01/2024

    If you're looking for a fun game to play with your friends, fireboy and watergirl is a great way to pass the time with a unique game experience and a new way to play.

  • geometrydash

    21/05/2024

    I enjoy playing video games immensely. I can only unwind after a day of labor in this manner. I wish to immerse myself in the game and appreciate its enchanted universe. Therefore, many thanks for the game monkey mart. You suggested.

  • back-to-top