RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Avenir

Des robots permettent à des lycéens, absents pour cause de maladie, d'assister à leurs cours

Une centaine de robots de téléprésence financés par la région Auvergne – Rhône-Alpes offrent la possibilité, depuis septembre, aux lycéens malades ou en situation de handicap de se "rendre au lycée". "On parle à dessein de robot de téléprésence, car il n’y a pas d’intelligence artificielle à l’intérieur", signale Isabelle Ranchy, conseillère technique “handicap” de la rectrice de Grenoble. "L’élève est entièrement maître de ce support".

Muni d’une caméra, le robot est piloté à distance par l’ordinateur de l’étudiant, installé chez lui ou dans une chambre d’hôpital. L’élève absent apparaît sur l’écran dont le robot est équipé. Grâce au micro, il participe au cours et échange avec ses camarades. Comme s’il était en classe, il se déplace par le biais de son double. "Ce projet permet de rendre l’école plus accessible et propose un accompagnement plus individualisé", commente Béatrice Berthoux, vice-présidente de la Région, chargée des lycées.

Testée pendant quatre ans dans trois lycées et deux structures médico-scolaires, la technologie a été validée par la communauté éducative, les scientifiques et la Région, qui en est à l’initiative. Outre capter les cours en direct, le robot maintient le lien entre le lycéen et son environnement scolaire. "L’arrivée du robot fait naître une nouvelle solidarité entre les élèves et leur camarade absent", note Isabelle Besson, chargée de mission « innovation et handicap ». Les médecins ont observé que l’élève hospitalisé se battait mieux contre la maladie.

Le robot de l’entreprise Awabot a décroché l’appel d’offres de la Région. Le prestataire forme les professeurs « référents techniques » de chaque lycée à l’utilisation du robot et à sa connectique. L’étudiant empêché sera pour sa part initié par le référent. La Région fournit à l’élève un kit complet (ordinateur compatible avec le robot, souris, manette pour la commande à distance, casque et clé 4G assurant une connexion internet sans faille). En cas de problème technique, une hotline est accessible et la maintenance assurée.

La Région consacre un budget de 1,2 million d’euros pour les 100 robots, la maintenance, les formations et les kits de télécommande. En contrepartie de cet investissement, la collectivité demande aux lycées de tout mettre en œuvre pour utiliser le robot à 50 % du temps d’utilisation maximale, soit quatre-vingt-cinq jours d’utilisation par an la première année, et 60 %, soit cent cinq jours, la deuxième.

"C’est la coordination entre les différents partenaires qu’il va falloir roder", estime Isabelle Besson, "surtout le moment de l’attribution des robots à tel ou tel lycéen, une décision relevant des services d’assistance pédagogique à domicile de l’Education nationale". Les robots ont été dispatchés sur tout le territoire de la Région, afin d’être mutualisés entre plusieurs établissements. "Un robot n’aura jamais beaucoup de distance à faire d’un lycée à un autre", précise Sandrine Chaix, conseillère spéciale « handicap » à la Région Auvergne – Rhône-Alpes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

La Gazette

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top