RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Des résultats de phase 2 prometteurs sur murlentamab dans le cancer colorectal

PGamaMabs Pharma, société de biotechnologie française spécialisée dans le développement d’anticorps thérapeutiques optimisés ciblant le récepteur II de l’hormone anti-müllerienne (AMHRII) pour le traitement du cancer, a présenté des données cliniques de son essai de phase 2 testant murlentamab dans le cancer colorectal métastatique, à l’occasion du congrès international ESMO sur les cancers gastro-intestinaux, à Barcelone (Espagne).

En association avec trifluridine/tipiracil (FTD/TPI – Lonsurf®), la survie sans progression a été plus longue qu’attendue (40 % et 31 % à respectivement 4 et 6 mois). Ces résultats étaient particulièrement marqués chez les patients avec plus de 20 % de cellules cancéreuses exprimant AMHRII, avec respectivement 83 % et 75 % de patients sans progression à 4 et 6 mois. Une diminution de 1,7 et 3,6 fois du taux de croissance tumorale a été observée, respectivement, pour le murlentamab en monothérapie et en association avec trifluridine/tipiracil.

Une activation immunitaire sous murlentamab a été observée simultanément dans le microenvironnement tumoral (activation des macrophages et des lymphocytes T) et dans le sang périphérique (activation des monocytes et des neutrophiles). Aucun effet secondaire majeur en lien avec le murlentamab n’a été rapporté. L’essai a évalué l’efficacité de murlentamab dans deux cohortes parallèles non randomisées chez 14 patients traités en monothérapie et 15 patients traités en association avec FTD/TPI.

« Ces premières données cliniques et pharmacodynamiques sont très encourageantes pour ces patients qui ont très peu d’options thérapeutiques », déclare le Professeur Eric Van Cutsem, des hôpitaux universitaires de Leuven (Belgique), investigateur principal de l’étude. « Ces résultats incitent à continuer le développement de murlentamab en association avec des chimiothérapies classiques et/ou des agents immunologiques dans les cancers colorectaux. »

« AMHRII est exprimé dans plus de 80 % des tumeurs biopsiées au début du traitement de patients ayant des tumeurs au stade métastatique, ce qui confirme nos observations antérieures sur les tumeurs primitives », déclare le Docteur Isabelle Tabah-Fisch, Directrice Médicale de GamaMabs Pharma. « Outre les données cliniques encourageantes, les résultats pharmacodynamiques confirment la réactivation immunitaire dans le microenvironnement tumoral sous murlentamab, depuis les macrophages jusqu’aux lymphocytes T cytotoxiques. »

« Après la publication en mai dernier des résultats de murlentamab dans les cancers gynécologiques au congrès annuel de l’ASCO, ces résultats d’essai de phase 2 dans le cancer colorectal métastatique au congrès ESMO-WCGIC représentent une nouvelle étape importante pour GamaMabs Pharma », ajoute Stéphane Degove, Directeur Général de GamaMabs Pharma. « Nous sommes extrêmement encouragés par la prolongation significative de la survie sans progression chez les patients atteints de cancer colorectal métastatique ayant une expression intermédiaire à élevée d’AMRHII traités par murlentamab et FTD/TPI. Ces résultats nous confortent dans la poursuite du développement de murlentamab dans cette indication sans alternative thérapeutique satisfaisante. »

Les résultats ont été présentés lors du congrès ESMO World Congress on Gastro-intestinal Cancer, du 3 au 6 juillet à Barcelone (Espagne), en présentation orale pendant la session « Emerging New or Combination Drugs in GI Cancer » le vendredi 5 juillet de 8h à 9h20, ainsi qu’en poster.

Le murlentamab est un anticorps monoclonal first-in-class, issu de technologie de glyco-ingénierie (low-fucose), ciblant les tumeurs exprimant AMHRII. AMHRII est un récepteur embryonnaire ré-exprimé dans plusieurs tumeurs solides.

Le murlentamab est en cours d’évaluation dans deux essais cliniques, une phase 1b dans les cancers gynécologiques et une phase 2 dans le cancer colorectal avancé ou métastatique. Le murlentamab exerce son activité anti-tumorale à travers la reprogrammation des macrophages associés à la tumeur, ce qui entraîne une phagocytose tumorale accrue ainsi qu’une activation des lymphocytes T.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

My Pharma

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top