RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Repérer les maladies dans une simple goutte de sang

Physiciens de formation, David Brutin et Benjamin Sobac, se sont intéressés un peu par hasard à l'étude du sang. A l'origine, les deux chercheurs espéraient étudier le mouvement du fluide dans une goutte de sang quand elle sèche sur une lamelle de verre. «  Le sang est trop épais pour voir à travers dans le visible, explique David Brutin, et le rayonnement infrarouge ne passe pas à travers les milieux à base d’eau. » L'expérience n'a pas été vaine. Ils ont pu découvrir la façon étonnante dont les éléments en suspension dans ce dernier se déposent lors du séchage. « Dans un premier temps, nous avons observé le sang d'une douzaine d'individus sains de sexe et d'origine différents, explique Benjamin Sobac. Surprise. 

Nous n'avons constaté aucune véritable différence majeure des structures à la fin de l'évaporation. On observe des motifs asymétriques (craquelures blanches dirigées vers le centre au cœur de la tache rougeâtre et formation de plaques trapézoïdales  ». Suite à ces premiers résultats, les deux chercheurs ont contacté un hématologue du CHU de la Timone. Ce dernier leur a permis d'étudier le sang d'un patient anémique, et d'un autre ayant un taux élevé de cholestérol. Ces deux pathologies modifient la constitution sanguine. « Après séchage des deux goutes de sang, souligne Benjamin Sobac, nous avons pu remarquer des différences importantes de structure. Sur l'échantillon du patient anémique, nous n'avons pas retrouvé les craquelures blanches. Et sur celui de la personne hypercholestérolémique, on observe un cercle gras autour de la goutte de sang. »

Selon David Brutin on peut imaginer diagnostiquer toutes les pathologies affectant la composition du sang à l'aide d'un simple test. On éviterait ainsi les multiples analyses nécessaires à l'heure actuelle. » en effet, chaque pathologie possède sa batteries propres d'analyses. "Avant de chambouler l'univers des analyses sanguines," espère Benjamin Sobac, "notre méthode pourrait permettre la mise en place un kit de pré-diagnostic fiable pour les ONG, permettant d'orienter les malades plus facilement dans des pays démunis."

Information Hospitalière

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top