RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Des puces optiques 100 fois plus rapides pour exploiter les potentialités de la fibre optique jusqu'à l'abonné

Livebox, Freebox et autres modems ADSL s'apprêtent à vivre la révolution du très haut débit. Dans leur future version, les «box» des fournisseurs d'accès internet embarqueront des puces optiques leur permettant d'exploiter les débits apportés par le câblage optique jusqu'au domicile des utilisateurs. La fibre permet en effet de télécharger des contenus à des débits de l'ordre du Gbps (milliard de bits par seconde), soit environ 100 fois supérieurs à ceux des connexions ADSL actuelles.

Freescale, l'ancienne division semiconducteurs de l'américain Motorola, annonce son premier composant pour modems grand public, répondant à la norme des réseaux optiques passifs dite GPON (Gigabit Passive Optical Network). Cette puce autorise des débits de 2,5 Gbps dans le sens descendant (du réseau vers l'abonné) et de 1,2 Gbps dans le sens montant (de l'abonné vers le réseau). Pour le concevoir, il a fallu combiner nos savoir-faire dans le domaine du silicium, du logiciel et des systèmes », explique Frédéric Haine, le responsable des offres réseaux pour Freescale en Europe.

Le composant embarque ainsi des processeurs les plus puissants : la puce de traitement du signal StarCore (cadencée à 178 MHz) capable notamment de prendre en charge quatre appels simultanés en téléphonie sur IP ; ou encore le processeur PowerPC qui traite jusqu'à 500 millions d'instructions par seconde et donc des flux de données à très haut débit. Cette puce optique n'est pourtant qu'une étape sur le chemin du très haut débit.

Le japonais Mitsubishi Electric - qui a déjà livré trois millions de lignes optiques à l'opérateur japonais NTT - veut pousser plus loin les performances de la technologie PON. «Nos équipes travaillent sur une version à 10 Gbps», annonce Jean-Pierre Coudreuse, le directeur du laboratoire de recherche européen en télécommunications de Mitsubishi Electric.

Mais le futur promet encore bien plus. Les chercheurs d'IBM ont dévoilé fin mars un prototype de puce optique fonctionnant à 160 Gbps en émission comme en réception. De quoi télécharger instantanément un long-métrage ! Cette puce est gravée en technologie CMOS, qui permet une finesse de gravure de 0,13 micron (130 nanomètres). Elle sera commercialisée en 2010 et permettra enfin à l'Internet par très haut débit optique de délivrer toute sa puissance.

UN

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top