RTFlash

La prudence n'a pas d'âge ?

Au volant, les conducteurs âgés adopteraient une stratégie d'inspection visuelle qui comporte des risques.

Avec l'âge, les conducteurs vérifieraient moins fréquemment ce qui se passe dans leur rétroviseur et dans l'angle mort de leur voiture, révèle une étude publiée récemment dans la revue Traffic Injury and Prevention par des chercheurs de l'Université Laval. Martin Lavallière, Martin Simoneau et Normand Teasdale, du Département de médecine sociale et préventive, et Denis Laurendeau, du Département de génie électrique et de génie informatique, ont comparé la performance de 10 jeunes conducteurs (21-31 ans) et de 11 conducteurs âgés (65-75 ans) soumis à différents scénarios de conduite automobile dans un environnement virtuel. À l'aide d'images captées par des caméras, les chercheurs ont quantifié les mouvements de la tête et des yeux des participants alors qu'ils étaient au volant d'un véhicule expérimental installé dans leur laboratoire.

Lors de promenades virtuelles dans des environnements urbains et ruraux, les conducteurs devaient effectuer à 16 reprises des manoeuvres qui consistaient à éviter un véhicule immobile qui obstruait la voie de droite ou à dépasser un véhicule plus lent. Dans pareils cas, pour effectuer un contournement ou un dépassement sécuritaire, un sujet doit inspecter trois zones névralgiques - le rétroviseur, le miroir latéral gauche et l'angle mort -, avant d'amorcer la manoeuvre, sans perdre de vue ce qui se passe devant lui.

Les observations des chercheurs indiquent que les conducteurs âgés consultent moins souvent le miroir arrière et l'angle mort lors de ces manoeuvres. La différence est particulièrement criante lors des dépassements. Les jeunes ont jeté un coup d'oeil dans le rétroviseur et dans l'angle mort dans presque toutes les mises en situation, alors que les conducteurs plus âgés l'ont fait dans moins de 50 % des cas. De plus, contrairement à ce qui est observé chez les jeunes, la complexité de la manoeuvre n'influence pas à la hausse la fréquence des inspections visuelles chez les sujets âgés. Note encourageante au dossier des conducteurs expérimentés, leur contrôle du véhicule lors des changements de voies est aussi bon que celui des jeunes.

Les chercheurs concluent que la stratégie d'inspection visuelle adoptée par une forte proportion de conducteurs âgés comporte des risques. Toutefois, rien n'est perdu puisque leurs comportements pourraient être corrigés par un programme de formation adapté à leurs besoins... dans un environnement virtuel !

Techno-Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top