RTFlash

Avenir

Les premiers gestes de bio-woman

Les prothèses utilisées après amputation du membre supérieur ont fait d'importants progrès ces dernières années. La plupart de ces dispositifs sont motorisés et peuvent être contrôlés par l'amputé par l'intermédiaire des signaux myo-électriques émis lors de la contraction de la portion restante d'une paire de muscles agonistes-antagonistes du membre amputé. Cependant, ces techniques qui ne permettent de contrôler qu'un seul mouvement à la fois (coude, poignet ou main) ne peuvent aboutir qu'à des mouvements lents et relativement maladroits, d'autant qu'elles ne comportent pas pour le patient de feed-back sensoriel (en dehors de la vision).

Pour améliorer la fonction de ces prothèses, de nombreuses équipes dans le monde travaillent à la mise au point de bras artificiels plus performants et mieux contrôlés par les patients. Une équipe spécialisée de Chicago dirigée par Todd Kuiken, présente les résultats préliminaires obtenus avec une nouvelle méthode basée sur la ré-innervation ciblée.

A la suite d'un accident de la circulation, en mai 2004, la patiente, âgée de 24 ans, avait été amputée du membre supérieur gauche à 3 cm au-dessous de l'extrémité de l'humérus. Une prothèse myo-électrique conventionnelle récupérant les signaux émis lors de la contraction du pectoral et de la portion restante du triceps n'avait pas donné des résultats fonctionnels très satisfaisants. La patiente se sert actuellement de sa prothèse 4 à 5 heures par jour en moyenne contre une à deux fois par mois pour la prothèse conventionnelle. Des perfectionnements techniques de cette prothèse expérimentale devraient en diminuer le poids (6 kg actuellement) et améliorer la complexité des mouvements réalisables grâce à l'utilisation de nouveaux algorithmes de transcription des signaux myo-électriques des muscles ré-innervés. A terme, un rétro-contrôle sensitif des mouvements de la prothèse devrait être possible grâce à l'utilisation de capteurs situés sur la main artificielle. Mais d'ores et déjà, cette patiente peut accomplir tous les gestes de la vie quotidienne grâce à cette remarquable prothèse et notamment saisir délicatement un objet, couper un citron ou ouvrir un flacon.

JIM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une mousse à l’épreuve des balles…

    Une mousse à l’épreuve des balles…

    Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord, dirigés par Afsaneh Rabiei, ont mis au point une étonnante mousse métallique légère à l’épreuve des balles standards et perforantes. Cela pourrait ...

  • Volkswagen mise sur l’impression 3D métallique

    Volkswagen mise sur l’impression 3D métallique

    A Chicago, au salon IMTS, le constructeur automobile Volkswagen a annoncé que des pièces en métal imprimées en 3D seront intégrées aux véhicules et accessoires de la ...

  • Un matériau à conductivité thermique réversible

    Un matériau à conductivité thermique réversible

    Des chercheurs en mécanique et en ingénierie des matériaux de l’Université de Virginie, en collaboration avec des équipes de Penn State (Université de Pennsylvanie), de l’Université du Maryland et ...

Recommander cet article :

back-to-top