RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Première opération chirurgicale en apesanteur

Pour la première fois au monde, un patient a subi le 27 septembre une intervention chirurgicale en apesanteur. Agé de 46 ans, l'homme s'est fait enlever une petite tumeur graisseuse à l'avant bras. Pratiquée sous anesthésie locale, l'opération "a été réussie" et "s'est déroulée sans aucune difficulté particulière", a annoncé le professeur Dominique Martin, du CHU de Bordeaux, qui est intervenu aux côtés de trois chirurgiens et deux anesthésistes. Les instruments de travail, plus petits que dans un bloc opératoire ordinaire, étaient disposés sur de puissants aimants installés à côté du patient ligoté.

L'équipe médicale avait déjà opéré un rat dans les mêmes conditions. "On n'a pas cherché à faire un exploit technique mais à réaliser un test de faisabilité. On s'est mis en situation réelle pour opérer dans les conditions spatiales", a-t-il indiqué au cours d'un point presse. "Maintenant on sait qu'un être humain pourra se faire opérer dans l'espace sans trop de difficultés", a-t-il ajouté.

L'expérimentation s'est déroulée à bord d'un Airbus A300 de la société Novespace. L'appareil a décollé à 9h30 de la base aérienne de Mérignac. Pendant trois heures, l'A300 a effectué en altitude des montées puis des descentes au cours desquelles les passagers se sont retrouvés en apesanteur à 32 reprises pendant une vingtaine de secondes à chaque fois. L'intervention en tant que telle a été réalisée en "moins de 10 minutes". "Si on avait eu deux heures d'apesanteur continue, on aurait pu opérer une appendicite", a souligné le professeur Martin.

"L'opération vise à valider l'utilisation de nouvelles techniques chirurgicales et d'anesthésie appliquées à l'apesanteur", avait indiqué le CHU avant le début de l'expérimentation. "Au-delà, elle s'intègre dans un projet de téléchirurgie dont les applications terrestres pourraient être fondamentales". La prochaine étape de l'équipe médicale consiste à faire réaliser une opération chirurgicale à un robot piloté depuis une base terrestre. Le professeur Martin espère que cette intervention pourra avoir lieu d'ici l'an prochain.

Cette expérimentation, menée en collaboration avec le Centre national d'études spatiales (CNES) et le conseil régional d'Aquitaine, pourrait servir de prototype pour opérer dans la Station spatiale internationale (ISS) ou toute autre structure située dans l'espace.

La prochaine étape de l'équipe médicale consiste à faire réaliser une opération chirurgicale à un robot piloté depuis une base terrestre. Le professeur Martin espère que cette intervention pourra avoir lieu d'ici l'an prochain. Aujourd'hui, plus de 400 personnes sont déjà parties dans l'espace. "La probabilité qu'il y ait des traumatismes en cours de mission va être de plus en plus importante, d'autant que faire redescendre un blessé sur terre représente un danger pour la personne mais aussi un coût élevé.

CNES

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top