RTFlash

Première médicale européenne : des opérés cardiaques suivis à domicile

C'est une première en Europe, depuis juin 2006 et jusqu'en mars 2007, 40 patients de Basse-Normandie opérés à la suite d'une insuffisance cardiaque se voient proposer un dispositif de communication quotidienne avec leur équipe de cardiologie. Equipés d'un terminal fonctionnant sur le réseau téléphonique, ils poursuivent leur réadaptation, à domicile sous le contrôle de leur centre, à distance tout en bénéficiant d'une aide au respect de leur traitement et aux changements de mode de vie (alimentation, activité physique...). Leur médecin traitant peut être associé à ce suivi, ayant accès aux mêmes informations que les spécialistes hospitaliers.

L'agence régionale de l'hospitalisation vient de faire le bilan de cette opération qui pourrait être étendue à toutes les régions de France dans les prochains mois. "A mi-parcours, nous nous exprimons positivement sur cette innovation", déclare Dominique Blais, directeur de l'ARH. "Les premiers patients ont été équipés le 23 juin 2006 et jusqu'à présent ils sont globalement satisfaits de ce type de suivi".

Pour ce suivi clinique à domicile, les patients poursuivent leur réadaptation, chez eux grâce à un terminal fonctionnant sur le réseau téléphonique. Cet outil de télé-soin, baptisé "Web i phone" et inventé par la société canadienne New it, permet au médecin traitant ou à une infirmière de surveiller à distance le régime alimentaire du patient, son poids, sa pression artérielle, son pouls, mais aussi ses traitements médicamenteux et ses exercices physiques. Le patient rentre ces données dans le terminal et répond aux questions.

"Nous les médecins traitants, nous sentons seuls pour assurer le suivi des patients à leur retour à domicile", explique le docteur Denion. "Pour certains patients qui ont vraiment besoin d'être très surveillés, ce dispositif installe une relation quotidienne qui sécurise tout le monde". "Cet appareil est l'ange gardien du patient", explique le professeur Gilles Grollier, chef du service cardiologie du CHU de Caen (Calvados) qui est à l'origine de cette première européenne.

"Moi, je ne suis pas technologie. J'ai dit oui pour leur faire plaisir. Parce qu'ils m'avaient sorti de là, alors en échange je pouvais bien les aider avec leur machine", explique Louis Boivin, 77 ans, l'un de ses patients équipé du "Web i phone". "Alors je m'y suis mis. Du coup, avec cet appareil, je réalise que c'est comme si j'avais le médecin chez moi en permanence. Ce qui est bien, c'est que la machine m'envoie des rappels, surtout sur le plan alimentaire. C'est comme ça que j'ai su que je n'avais pas droit à la moutarde et au céleri. Et puis l'autre jour, j'avais trop de tension, donc elle m'a dit de m'allonger une heure". En France, entre 500.000 et 1.000.000 de patients souffrent d'insuffisance cardiaque et l'on dénombre 120.000 nouveaux cas par an.

BN.

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top